UNESCO : AUDREY AZOULAY HERITE ...

Jeudi 19/10/2017 : 11H43

UNESCO : AUDREY AZOULAY HERITE D’UNE INSTITUTION LACHEE DE TOUTE PART

La Française Audrey Azoulay a été élue le 13 octobre dernier directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco), une institution dont le siège est basé à Paris. 

L’ancienne ministre de la Culture dans le  gouvernement  de  François  Hollande s’était opposée au dernier tour du vote des  58  membres  du  Conseil  Exécutif de l’Unesco au Qatari Hamad ben Abdelaziz  al  Kaouari.  Elle  a  obtenu  30 voix  contre  28  pour son  opposant.  Sa validation sera officialisée le 10 novembre prochain. Elue pour un mandat de quatre ans, la nouvelle directrice de l’Unesco avait le soutien du président français Emmanuel Macron, qui a fait de l’éducation l’une de ses priorités. Audrey   Azoulay  est  la deuxième femme  à  diriger  l’organisation  après la Bulgare Irina Bokova à qui elle succède.  Elle  aura  pour  première  tâche de  restaurer  l’autorité  d’une  institution  devenue  peu  audible  en  dehors de  son  classement  des  sites  remarquables au patrimoine mondial.

«La  première  chose  que  je  ferai, sera  de  m’attacher  à  restaurer  sa crédibilité,  la       confiance  des  Etats membres, son efficacité,  afin qu’elle puisse agir, parce qu’elle est la seule à  pouvoir  le  faire  de  façon  durable sur les enjeux qui sont ceux de notre monde », a déclaré AudreyAzoulay, lors d’un bref discours à l’issue  de  son  élection.  La  nouvelle  patronne de l’Unesco devra dépasser les rivalités  politiques  qui  minent  l’institution et surtout régler son problème de financement.  En  annonçant  jeudi leur intention de quitter l’Unesco, les Etats-Unis et Israël ont accusé l’organisation  onusienne  de  discrimination anti-israélienne.

En  effet,  les  Etats-Unis,  plus  gros contributeur,  ont  décidé  en  2011  de suspendre leur cotisation estimée à 80 millions de dollars par an (67 millions d’euros), soit près d’un quart du budget  après  l’admission  de  la  Palestine comme  Etat  membre  de  plein  droit. Depuis, l’Unesco a dû réduire certains programmes,  geler  les  embauches  et faire  appel  aux  contributions  volontaires.  L’organisation  emploie  2.000 personnes environ dans le monde. Le budget de l’Unesco pour 2017 s’élève à 326 millions de dollars (275 millions d’euros), soit près de la moitié de ce qu’il était en 2012. Les   sommes   dues à l’Unesco atteignent, selon son site internet, un total de près de 650 millions de dollars, dont 542 millions d’arriérés des Etats-Unis. Rien ne dit que les Etats-Unis s’acquitteront de leur dette avant leur sortie officielle le 31 décembre 2018, dit-on à l’Unesco.

De gros contributeurs comme le Japon, le Royaume-Uni et le Brésil n’ont pas encore versé leurs contributions pour 2017. Des résolutions qui ont à plusieurs reprises suscité la colère d’Israël et alimenté les tensions avec les Palestiniens, ne sont  qu’une partie  de nombreuses questions qui fâchent.

 

Sinclair ARIES

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire