UNE PERIODE DE TOUS LES DANGERS POUR LA RCA :...

Mardi 27 juin 2017 : 10H11

UNE PERIODE DE TOUS LES DANGERS POUR LA RCA : L’ACCORD ET LE CESSEZ-LE-FEU DE ROME TIENDRONT-ILS LA ROUTE ?

La crise centrafricaine est en passe de prendre une autre tournure. Car en politique, rares sont les faits qui se produisent au hasard. Souvent, tout est programmé à l’avance. Ainsi en sera-t-il du projet de l’implosion et de la partition de la République centrafricaine ? Les « balkanisateurs » n’y ont pas encore renoncé. Avec la complicité de certains fils et filles du pays de Boganda, ils tiennent à passer à la vitesse supérieure. Si rien n’est fait, la fin d’année 2017 risque de réserver aux Centrafricain(es) des surprises désagréables.

En 2015, les groupes rebelles réclamaient déjà la scission du pays. Plus particulièrement le Front Populaire pour le Renouveau de Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam dont l’actualité crève encore les yeux. Leur argument de base est que « la RCA est trop grande pour n’être dirigée que par les Chrétiens. » Mais en réalité, derrière cet argument, se cache une volonté inavouée des puissances obscures qui visent à scinder la RCA en de petites entités inefficaces, manipulables et malléables à souhait.

En effet, depuis les années 96, sous le règne de feu président Ange-Félix Patassé, il y avait déjà les signes annonciateurs d’une division profonde entre les fils du pays. Certaines pratiques telles que le Tribalisme, le clanisme etc. avaient  ouvert la voie aux groupes rebelles Janjawids venus du Soudan voisin, Zakawa venus du Tchad, les Banyamulengués de la RD-Congo d’intervenir dans des conflits internes pour déstabiliser et piller notre pays à volonté. Cette situation s’est empirée avec l’avènement des tristement célèbres coalition Séleka et Anti-Balaka.

Bref, nous en appelons au Chef de l’Etat, chef suprême des armées, de tout mettre en œuvre pour détricoter ces mafieux et mercenaires sans foi ni loi, afin de neutraliser les velléités sécessionnistes de ses valets et suppôts qui militent contre l’unité nationale en vue de faire du peuple Centrafricain de simples esclaves sur leur propre territoire. L’instrumentalisation de la guerre et du terrorisme d’Etat passe depuis un temps par ‘’la pseudo-guerre des religions’’ fomentée pour nous diviser.

A tort ou à raison, nous estimons que le projet machiavélique de Nourredine Adam, doit être analysé et pris au sérieux, car porteur d’un triste message : la fin de la République centrafricaine comme un pays ayant 6 23.000 Km2.  La RCA est-elle plus grande que le Tchad ou la République Démocratique du Congo ?

Il y a déjà eu un signe avant-coureur : la préfecture de la Vakaga qui échappe totalement au contrôle de l’Etat Centrafricain. Oui en effet, cette région n’a plus pour langue que l’arabe qui a remplacé le Sango, même cas pour le Franc Cfa qui n’a plus de valeur au profit du Dollar Américain ou le Dirham soudanais.

L’explosion des violences dans les villes comme Bangassou, Bria, Alindao, Mobaye, Koui, Obo, Yalinga sont les preuves palpables des velléités sécessionnistes des ennemis de notre unité.

Que nous le tenions pour tout dit ! Cette fin d’année 2017 risque d’être une année de tous les dangers pour la République centrafricaine. L’unité, le patriotisme, l’orientation souverainiste, la propension au multilatéralisme…, tout cela fait peur à ceux qui ont décidé, depuis la disparition du feu fondateur Barthélemy Boganda, d’en faire leur réservoir des matières premières, sans plus.

Sinclair ARIES

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire