UNE JEUNE FEMME DECEDEE SUITE A UN AVORTEMENT, SUR L’INITIATIVE..

Lundi 16 Janvier 2016 : 10H43

UNE JEUNE FEMME DECEDEE SUITE A UN AVORTEMENT, SUR L’INITIATIVE DE SON AMANT ET CHEF INTERIMAIRE DU QUARTIER  WALINGBA 1

 

Le quartier Walingba 1, sis dans le 5ème arrondissement de la ville de Bangui, était en ébullition, le vendredi 13 janvier 2017, dans la matinée. Et pour cause, l’exposition du corps d’une jeune femme au domicile familial, avant son inhumation.

Selon les témoignages d’un habitant qui a vécu le fait et qui a requis l’anonymat, « c’est depuis fort longtemps que le chef par intérim dudit quartier sortait avec cette jeune femme. Et pourtant, elle vit maritalement avec son époux depuis des années. De leur union conjugale, ils ont eu trois (3) enfants. Mais ce chef, profitant des privilèges de sa fonction, et malgré qu’il a été surpris en flagrant délit d’adultère, avec cette même jeune femme, dans une auberge à Taratara (Miskine), continue toujours de sortir avec cette dernière. C’est ainsi qu’elle est tombée enceinte. Et le chef en question, l’avait accompagnée personnellement au centre de Santé Urbain des Castors, pour se faire avorter, le mardi 10 janvier 2017. Malheureusement, pour cette fois-ci, Dieu n’est pas avec eux, car la jeune femme a fini par rendre son âme. D’où sa famille a juré de se faire justice elle-même, tout en promettant de lyncher le chef par intérim, pour avoir occasionner le décès précoce de leur fille, sœur et nièce. Aussi, ce chef marchandait le recrutement des jeunes de son quartier, dans le cadre des activités de l’ONG internationale ACTED. Ce qui lui donne l’opportunité de faire la cour aux femmes d’autrui ».

Est-ce la mission assignée à un chef de quartier, qui pourtant, est le premier représentant de l’Etat, auprès de ses administrés ? Et selon quels critères, ce monsieur a pu être désigné chef par intérim du quartier Walingba 1 ? Autant d’interrogations qui dépassent tout entendement humain. Et la justice doit se saisir d’office de ce dossier et faire son travail comme il se dit. Car c’est un crime prévu et puni dans le Code Pénal de la RCA. Et c’est ça le sens de l’« impunité zéro ».

 

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×