TABLE RONDE DE BRUXELLES DU 17 NOVEMBRE, UNE ...

12 octobre 2016 : 10:47

TABLE RONDE DE BRUXELLES DU 17 NOVEMBRE, UNE OPPORTUNITE, UNE OCCASION EN OR A SAISIR PAR LE PEUPLE CENTRAFRICAIN

BruxellesIl ne reste qu’un (1) mois pour la tenue de la table ronde de Bruxelles, consacrée exclusivement à la République centrafricaine. Cet événement majeur, capital aura lieu le 17 novembre 2016, à Bruxelles, capitale de la Belgique. Les partenaires au développement, les bailleurs de fonds se mobilisent aujourd’hui au chevet de la RCA. Le gouvernement de Mathieu-Simplice Sarandji, sous la très haute impulsion de son Excellence, professeur Faustin-Archange Touadéra, président de la République, Chef de l’Etat, s’active pour la réussite de cette table-ronde des donateurs.

C’est dans ce contexte que des personnalités tant nationales qu’internationales ont effectué une mission à Washington, capitale des Etats-Unis d’Amérique. Cette mission s’inscrivait dans le cadre du Conseil d’Administration et de l’Assemblée Générale annuelle du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale (BM). Le préparatif de la conférence des donateurs de la RCA, prévue à Bruxelles, faisait partie intégrante de l’objectif de cette mission. Voilà un engouement de la Communauté internationale pour notre cher et beau pays, la RCA. Certains Centrafricains de mauvaise foi disent que la Communauté internationale nous a abandonnés. C’est faux, archi-faux. Elle continue toujours de se mobiliser pour notre pays qui est tombé plus bas que terre. La preuve est là, elle est palpable. Le fait qu’une mission de haut niveau, de dimension internationale s’est rendue à Washington pour plaider le sort de la RCA et préparer la table ronde de Bruxelles, témoigne à suffisance que nos partenaires ne cessent de voler à notre secours.

Pour votre gouverne, afin de couvrir le programme de la BM en RCA dont les besoins sont évalués ou estimés à 3,2 milliards de dollars américains et que le gouvernement doit mobiliser auprès des donateurs 1,7 milliards de dollars, un pas-de-géant est déjà franchi. Car à ce jour, des annonces de 1,1 milliards de dollars auraient été enregistrés. N’est-ce pas un enthousiasme des donateurs pour la RCA ? La table ronde de Bruxelles n’est-elle pas sur la bonne voie ? Nous pouvons affirmer sans nous tromper que le rendez-vous de Bruxelles s’annonce bien. C’est la raison pour laquelle nous avons dit que c’est une opportunité, une occasion en or que le peuple centrafricain doit saisir pour le développement de son pays.

Alors, pourquoi les ennemis de la paix et de la République s’agitent pour mettre en péril cette table-ronde de Bruxelles qui est pourtant bénéfique pour tout le peuple centrafricain ? Cette réunion des donateurs est initiée par le gouvernement centrafricain pour le bien-être des Centrafricains. Touadéra, Meckassoua, Sarandji et les autres, n’ont rien à gagner. Ils se débattent aujourd’hui pour que les Centrafricains vivent comme les autres citoyens dans le monde. Nous avons trop souffert. Et c’est cette occasion offerte qui nous fera sortir de ce bourbier dans lequel notre pays est tombé. Les groupes armés, tout comme les populations civiles y tireront profit. La jeunesse centrafricaine qui est abandonnée par les régimes qui se sont succédés en RCA, sera le grand bénéficiaire. Tous les projets qui sont conçus et qui doivent être présentés aux bailleurs de fonds, concernent exclusivement les jeunes désœuvrés, sans distinction de sexe, de religion, de communauté. Cette couche sociale sera traitée au même pied d’égalité dans la réalisation de ces projets.

Pour ce faire, les jeunes centrafricains doivent tourner définitivement leur dos aux manipulateurs, aux assoiffés de pouvoir, aux égoïstes, aux fourbes, aux hypocrites, aux va-t-en-guerre. Ailleurs, sous d’autres cieux, ce sont les jeunes qui développent leurs pays, qui innovent, qui créent des entreprises. Pourquoi pas en Centrafrique ? L’heure est venue d’abandonner nos vieilles habitudes, nos vieilles pratiques qui ne nous grandissent pas, mais plutôt nous abaissent, nous enfoncent dans l’abîme, dans l’allégorie de la caverne. Les autres avancent, mais nous régressons du jour au lendemain.

Nous devons tous saisir cette perche pour garantir notre avenir et l’avenir de nos enfants et de nos petits-fils. Et cette garantie ne peut que passer par la préservation de la sécurité et de la paix sur toute l’étendue du territoire national afin que ces bailleurs de fonds financent nos projets. Car l’argent n’aime pas le bruit de bottes. Et ce sont les jeunes qui ont l’obligation de préserver cette paix précaire qui deviendra par la suite définitive. C’est leur travail. Nous comptons sur eux. Ils doivent dire non aux manipulateurs, aux ennemis de la paix et de la République pour que cette réunion des donateurs de la RCA se tienne à la date prévue. Le président Touadéra se bat pour les jeunes. Au retour, ils doivent lui prêter main-forte afin qu’ils soient libérés du joug de la pauvreté et de la misère absolues et ordurières. Mobilisons-nous tous pour la table ronde des donateurs du 17 novembre prochain à Bruxelles.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire