SECURITE ET COHESION SOCIALE A BANGUI :

Lundi 27 Novembre 2017 : 10H10

SECURITE ET COHESION SOCIALE A BANGUI : NECESSITE OBLIGE DE DESARMER PAR FORCE LE KM5 ET LES AUTRES QUARTIERS

 

Le récent évènement malheureux et douloureux qui s’était produit à Bangui dans le 3ème arrondissement, au Km5, avec le jet de grenade au bar château bleu (carrefour de la paix), faisant des pertes en vies humaines, de vol des motos, des dégâts matériels et les actes de représailles contre les sujets non musulmans qui s’en  étaient suivis de la part des criminels et drogués du Km5, prouvent à suffisance que le Km5 reste et demeure une véritable poudrière où pullulent toutes sortes d’armes de guerre à ciel ouvert. Ce qui constitue un réel danger pour la sécurité, la cohésion sociale et le vivre ensemble entre les communautés musulmane et non musulmane tant au Km5 dans le 3ème arrondissement que dans les autres arrondissements de la ville de Bangui, la capitale.

Etant donné qu’après le jet de cette grenade au bar Château Bleu, ces criminels,  ces sanguinaires et drogués du Km5 avaient tué par des armes blanches (couteaux et machettes) bon nombre de nos compatriotes non musulmans qui se sont rendus au lendemain matin au Km5 pour faire leurs diverses courses quotidiennes. Ceux qui revenaient de leurs différentes écoles, ont été aussi pris pour cible. C’est le cas flagrant de l’assassinat crapuleux de la fille du docteur Kémata, fréquentant l’école Saint Charles en classe de 5ème à Bangui.

Les autres arrondissements de Bangui doivent aussi être désarmés car les armes y circulent aussi à ciel ouvert. L’évènement qui s’est produit le vendredi 24 novembre où un véhicule a heurté mortellement un élève du Lycée Technique prouve que les gens détiennent des armes par devers eux. Car, après cet accident de circulation, des armes ont tonné pendant une bonne partie de la journée.

De ce fait, tant que la Minusca ne procédera pas au désarmement forcé de ces criminels et drogués patentés du Km5, sans oublier les autres bandits de grand chemin qui sèment aussi les braquages et vols à main armée au sein de la population Banguissoise, nous disons sans nous voiler la face que la sécurité, la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble sont encore loin de voir le bout du tunnel à Bangui, la capitale de la RCA. Si la Minusca est effectivement déployée chez nous en RCA, pour protéger les civils, appuyer nos autorités afin de sécuriser et pacifier tout le pays…, il va falloir aux noms de la cohésion sociale et du vivre ensemble, procéder à une vaste opération militaire musclée de désarmement de tous les arrondissements de la ville de Bangui. Sinon…

 

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire