SANS LE REDEPLOIEMENT DES FORCES...

Mardi 26.09.2017 : 10H27

SANS LE REDEPLOIEMENT DES FORCES DE DEFENSE ET DE SECURITE INTERIEURES DANS L’ARRIERE-PAYS, COMMENT LES PREFETS ET SOUS-PREFETS PEUVENT-ILS TRAVAILLER ?

La restauration de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national commence peu à peu à prendre forme en RCA, avec les décrets présidentiels portant nomination des préfets et sous-préfets, sur proposition du ministre de l’Administration du Territoire, de la Décentralisation et du Développement Local, Jean-Serge Bakossa. Mais pour que cette restauration de l’autorité de l’Etat soit effective après le retour du pays à l’ordre Constitutionnel, depuis le 30 mars 2016, il faille coûte que coûte redéployer les Forces de Défense et de Sécurité Intérieures (Police, Gendarmerie et FACA) dans l’arrière-pays. Et ce, pour appuyer les autorités déconcentrées (préfets et sous-préfets) dans leurs missions politico-administratives. Et surtout, de protéger les populations civiles et de défendre l’intégrité du territoire national. Etant donné que, vu la situation de crise militaro-politique sans précèdent que traverse encore le pays, bon nombre de ses préfectures et sous-préfectures sont sous la coupe réglée des groupes armés. De ce fait, l’insécurité y est de mise, entravant du coup la libre circulation des personnes et des biens à l’intérieur du pays.

C’est pourquoi, pour permettre aux préfets et sous-préfets de travailler normalement, de sillonner leurs zones de juridiction respectives, afin de sensibiliser leurs administrés sur le bien-fondé et l’importance de la paix, de la cohésion sociale et du vivre ensemble, il serait judicieux de redéployer nos Forces de Défense et de Sécurité Intérieures (FDSI) dans l’arrière-pays. Dans le cas contraire, ces préfets et sous-préfets nommés ne peuvent travailler en toute quiétude et vont avoir du fil à retordre en matière de restauration de l’autorité de l’Etat. Sans risque de nous tromper, il n’y a que la présence permanente de nos FDSI dans nos villes provinciales qui peut rassurer les fonctionnaires et agents de l’Etat qui y sont affectés, et redonner confiance aux populations civiles.

La RCA, étant aussi un Etat souverain, ne peut éternellement compter sur les Casques Bleus de la Minusca pour protéger le peuple centrafricain du Nord au Sud, de L’Est à l’Ouest. Car les soldats onusiens à maintes reprises, ont démontré leur limite, leur incapacité notoire face aux actes criminels des groupes armés sur les paisibles populations civiles. Et ce, depuis leur déploiement en RCA en septembre 2014. Donc, pour qu’il y ait effectivement sécurité et paix en RCA, nécessité oblige de réarmer et de redéployer nos FDSI dans l’arrière-pays. C’est une question de la souveraineté nationale, donc non négociable.

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire