SAISON SECHE, BANGUI NAGE DANS LA POUSSIERE

Mercredi 29 novembre 2017 : 09H19

SAISON SECHE, BANGUI NAGE DANS LA POUSSIERE

Bangui, capitale de la République Centrafricaine nage depuis quelques jours dans la poussière. Dans tous les quartiers de la capitale, les véhicules, les motos soulèvent de la poussière qui se propage dans l’air. Sur le tronçon qui longe l’UCATEX  jusqu’au quartier Combattant, la vue de loin est presque impossible. Une prudence maximale s’avère nécessaire dans la conduite.

Il suffit d’un petit instant en plein air pour voir son corps couvert de poussière. Toutes les toitures des maisons sont également recouvertes de poussière. Il en est de même pour les marchés, les marchandises, etc. C’est la saison sèche qui s’annonce déjà. Chaleur le jour, fraicheur au petit matin, la saison sèche est une saison à part. Pendant le jour, un soleil ardent frappe en plein midi, la fraicheur au petit matin cloue d’aucuns au lit.

Les revers de cette saison sont aussi nombreux que les grains de sable au bord du fleuve. Les marchandises sont étalées à la merci des microbes. Au Marché central, en plein centre de Bangui, les légumes, les viandes sont en plein air, sans couvercle, le constat est  alarmant. Au quartier Combattant, le marché rempli d’immondices, est couvert depuis quelques jours de poussière due à la réhabilitation de l’Avenue des Martyrs.

Le risque d’augmentation de la grippe s’avère menaçant. D’autres maladies comme l’hypertension risque d’attaquer la population banguissoise, vu la chaleur caniculaire de ces derniers temps. Les arbres couverts de poussière se sèchent naturellement. Les feuilles mortes jalonnent le sol. A chaque passage des véhicules et autres locomotives dans les rues non bitumées, l’on se voit obliger de se boucher les narines afin d’éviter d’aspirer la poussière. La problématique pendant cette période reste, « que faire pour arrêter la propagation de la poussière à Bangui ».

Les principaux artères de la capitale centrafricaine n’étant pas totalement bitumés, Bangui nage dans la poussière qui impacte négativement la santé de la population. Pour ce faire, il faudrait arroser les rues afin d’éviter la poussière.

Les conducteurs des engins devraient également rouler à une vitesse limitée afin d’éviter la poussière. 

 

 Félicien NZAPAYEKE MAMADOU

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire