ROUTE DE M’BAÏKI : UN TAXI-BROUSSE ...

Jeudi 14 Septembre 2017 : 08H42

ROUTE DE M’BAÏKI : UN TAXI-BROUSSE PREND FEU EN PLEINE CIRCULATION

 

Armand est un jeune conducteur âgé de 20 ans. Nous ne savons pas à quel âge ce monsieur a commencé à conduire, mais d’aucuns disent qu’il était encore très gosse quand il conduisait le véhicule commercial de son père.

Les policiers n’avaient besoin que de leurs jetons pour laisser passer cet enfant avec huit clients en surnombre dans son véhicule. A-t-il son permis de conduire à l’époque et maintenant ? Nul ne le sait. En tout cas, l’enfant a grandi dans la conduite.

Il est 10 heures cette matinée du lundi 11 septembre. Armand a fait son «chaud plein» depuis M’Baïki pour sa destination finale la capitale Bangui, au volant de sa Toyota non-immatriculée.

Arrivés au village Bimon, les passagers et le chauffeur sentent l’odeur de l’essence. Avant que la voiture ne s’arrête, une épaisse couche de fumée se dégage du capot, en provenance du moteur. «C’est quoi encore», se dit le jeune chauffeur qui parvient à immobiliser ce tas de ferrailles communément appelé «Gbaka-Gbaka ou worô-worô» en Côte d’Ivoire. A l’instant  même, les passagers qui étaient sur la toiture ont très vite descendu de vieille Guimbarde pétaradante tout en abandonnant leurs effets. Ceux qui avaient pris place dans les cabines se sont battus pour s’en sortir et s’éloigner tant bien que mal du véhicule qui prenait feu.

Inutile de dire qu’il n’y avait pas d’extincteur dans ce  taxi-brousse qui ignore tout sur les précautions élémentaires qu’un chauffeur doit prendre avant qu’un véhicule ne prenne la route. N’est-ce pas comme l’on  dit: «Qui veut voyager loin, ménage sa monture»?

Dieu merci, il n’y a eu que des dégâts matériels sans mort d’homme. Et le taxi complètement calciné.

Sinclair Aries

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×