RAS-LE-BOL DES CONDUCTEURS...

Jeudi 19.10.2017 : 11H46

RAS-LE-BOL DES CONDUCTEURS DE TAXI-MOTO CONTRE LES TICKETS

IMPOSES PAR LEURS DELEGUES

Durant toute la matinée du 16 octobre 2017, les conducteurs des taxis-motos étaient en grève. Ces derniers ont protesté contre les tickets que leurs délégués leur imposent de payer tous les matins en raison de 100F CFA.

Ces derniers ont sillonné Bangui à bord de leurs engins en klaxonnant. Dans les rues, on pouvait les entendre comme un grondement de tonnerre ou un son de trompette.

Un conducteur de taxi-moto quant à lui exprime son ras-le-bol, « chaque matin, je paye 100F CFA pour la délivrance d’un ticket. Dans quelle caisse vont ces frais ? On ne le sait pas. Nos délégués auraient juste l’intention de se faire des fortunes ». Certains conducteurs de ces engins ont par contre travaillé, ce qui n’a guère empêché le déroulement de ce mouvement de grève. Les tickets, vont dans quelle caisse, pour améliorer quoi ? La question est sans doute posée, mais la réponse, elle est restée muette.

D’autres conducteurs avancent que les tickets vendus devraient servir à assister les collègues en cas d’accident, de décès, bref en cas de malheur. Mais malheureusement, lorsque le malheur survient, les conducteurs se constituent en collectif pour l’assistance. Alors que les délégués ne déboursent rien du tout, ce qu’ils ont amassé dans la vente de leurs tickets.

Depuis, après ce mouvement de grève, les tickets sont abolis dans les stationnements de taxi-moto et les distributeurs de ces tickets ont disparu comme des feuilles mortes emportées par le vent.

Ces conducteurs se voient décharger des épaules un fardeau qu’il devait porter chaque matin. Quelles seront les avantages et les conséquences de l’abolition de ces tickets ? En tout cas, l’avenir nous le dira. Mais pour le moment, ces derniers ont de quoi jubiler. Le département des Transports et de l’Equipement devrait être vigilant afin de contrôler les rouages. D’aucuns ne doivent profiter des autres pour avoir de quoi se mettre sous la dent en leur imposant des charges inutiles.

Félicien NZAPAYEKE MAMADOU

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire