QUE FAIT CONCRETEMENT LE MAIRE NAK...

Mardi 18.07.2017 : 10H53

QUE FAIT CONCRETEMENT LE MAIRE NAKOMBO POUR EMBELLIR ET RENDRE AGREABLE LA VILLE ? DE BANGUI

Maire nakomboC’est la principale question que se posent bon nombre de banguissoises et banguissois. Et en tant que journaliste, nous faisons la nôtre cette préoccupation que nous qualifions de légitime, émanant de certains de nos compatriotes de Bangui, la capitale de la République Centrafricaine (RCA). A quinze (15) mois de fonction à la tête de la municipalité de la ville de Bangui, qu’a fait concrètement Emile-Gros-Raymond Nakombo ? Que reste-t-il de la ville de Bangui entretemps « Bangui la coquette » ?

A part les réalisations de l’ancien maire Jean-Barkès Ngombékettè dont les monuments, les feux tricolores, les « da-ti-omba » ou gargotes, les kiosques, le jardin, le parc du cinquantenaire et les bancs publics… qui sont encore visibles à Bangui, mais dans un état de dégradation indescriptible, il n’y a présentement aucune innovation, aucune réalisation.

Il vous suffirait de prendre votre temps et de parcourir les huit (8) arrondissements que compte la ville de Bangui, pour vous rendre à l’évidence de la triste réalité qui s’y trouve. Partout, il y a des tas d’ordures éparpillés çà et là et des herbes qui poussent à la taille d’un éléphant, y compris même au plein Centre-ville. Incroyable, mais pourtant vrai. La saison pluvieuse aidant, partout, il y a des flaques d’eau stagnantes constituant un réel danger pour la santé publique. Pire encore, l’état dans lequel se trouvent les toilettes de la municipalité de la ville de Bangui laisse à désirer. Essayez un jour d’aller vous y soulager et vous verrez de vos propres yeux. C’est vraiment dégueulasse !

Bangui de son appellation, « Bangui la Coquette », « Suisse africaine », à l’époque de feu empereur Bokassa 1er, paix à son âme, ressemble aujourd’hui à un gros village non urbanisé et non assaini. Et ce, après 57 ans d’indépendance de la RCA. Est-ce possible sous d’autres cieux ? C’est la question fondamentale qui se pose avec plus d’acuité. Et il appartient à l’Exécutif d’y réfléchir et de prendre en main sa responsabilité. Car, « gouverner, c’est prévoir », dit-on.

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×