QUARTIER BENZ-VI : QUAND JANNETTE A PLUSIEURS MARIS

Mardi 25.04.2017 : 11H22

QUARTIER BENZ-VI : QUAND JANNETTE A PLUSIEURS MARIS ...

La polyandrie, le fait pour une femme d’avoir plusieurs maris, est-elle permise en République Centrafricaine ? Cette question revient à qui de droit, surtout les femmes d’éclairer la lanterne des Centrafricains à ce sujet. Aujourd’hui, nous constatons que certaines femmes n’ont pas un seul mari mais plusieurs. A les entendre, elles parlent le plus souvent de « roues de secours ». Quant aux hommes, ce sont « le 2ème, 3ème, 4ème, bureau ». Ainsi va la vie à Bangui et ailleurs.

En effet, Jeannette, une jeune femme âgée d’une trentaine d’années, habite le quartier Benz-vi dans le 5ème arrondissement de la ville de Bangui. Son  mari se prénomme Bruno. A en croire  leur entourage, Jeannette est un papillon qui voltige d’une fleur à une autre. Elle excelle dans la débauche, pour ne pas dire la prostitution, malgré qu’elle a un mari. Quand Bruno va au travail, elle sort toujours avec des copains par-ci, par-là. Les échos de cette pratique, pour ne pas dire cette prostitution, parviennent à Bruno. Etant un homme calme, doux, posé, il ne dit mot et attend toujours de surprendre sa femme avec un autre homme pour prendre une décision courageuse.

Au mois de février dernier, sa belle-mère, c’est-à-dire la mère de Jeannette est tombée malade. Elle est transférée chez un guérisseur traditionnel à Bangui pour des soins appropriés car elle a parcouru tous les hôpitaux de Bangui sans être guérie de sa maladie. Et c’est Jeannette qui s’occupe d’elle chez le guérisseur. Elle passe la nuit à côté de sa maman, sur autorisation de son mari Bruno. Chaque jour, elle ne revient à leur domicile conjugal que pour se changer et repart auprès de sa maman.

Un jour, Bruno, après être  revenu du travail, a décidé d’aller rendre visite à sa belle-mère. Quand il est arrivé, il n’a fait que constater l’absence de sa femme. Et les grandes sœurs de Jeannette de lui dire, « c’est depuis hier que ta femme est rentrée à la maison et elle n’est pas encore revenue ». Etonné de cette déclaration, Bruno leur a dit calmement, « ma femme, quand elle est revenue, elle a fait sa toilette et est repartie automatiquement. Elle m’a dit qu’elle ne peut pas mettre beaucoup de temps car la santé de la maman n’était pas aux beaux fixes. C’est la raison pour laquelle je suis là ». Ne sachant quoi dire, ces grandes sœurs se sont tues et n’ont osé prononcer un mot. Après quelques heures passées à côté de sa belle-mère, Bruno s’est retiré.

Le lendemain matin, Jeannette est rentrée au domicile conjugal. Comme d’habitude, elle a fait sa toilette et a dit à son mari, « demain, je ne reviendrai pas ici. Je dois aller au village Ndangala car le guérisseur m’a envoyé chez son frère pour amener d’autres médicaments traditionnels ». Bruno a accepté mais n’a pas signifié à sa femme qu’il s’est rendu au chevet de sa belle-mère. Cette dernière est partie sans rien dire encore de plus.

Or, d’après les uns et les autres, Jeannette ne passe jamais la nuit à côté de sa maman. Le matin, elle revient tout juste pour s’enquérir de l’évolution de la santé de sa mère et disparait pour tout bon. Pendant tout ce temps, elle est chez son deuxième mari, disons-le comme ça. Comme le voleur finit toujours par être rattrapé, Jeannette est surprise par son deuxième amant avec un autre homme qui se trouve être son 3ème mari. Pris de colère, son deuxième époux l’a tabassée sauvagement. Elle a eu des blessures au niveau de sa figure.

De retour à la maison, Bruno a constaté que la face de sa femme est déformée et il lui a posé la question suivante : « qu’est-ce qui t’est arrivé  »? Et Jeannette  de répondre, « j’ai fait un accident avec un taxi-moto, quand je me rendais à Ndangala ». Comme à l’accoutumée, son mari n’a rien dit. Quelques jours après, un ami à Bruno l’a appelé au téléphone en lui posant la question suivante : « j’ai vu ta femme entrain d’être battue par un homme dans la rue car ce dernier l’a surprise avec un amant. As-tu divorcée avec cette dernière » ? Et Bruno de répondre à son ami, « je n’ai pas divorcé avec Jeannette. Depuis quelques jours, elle est au chevet de sa mère malade. Quand elle était revenue à la maison, elle m’a affirmé qu’elle a fait un accident avec un taxi-moto. Est-ce que tu as vraiment vu Jeannette entrain d’être tabassée par un homme qui aurait avoué qu’il l’a surprise avec un autre homme » ? « C’est vrai ce que je te dis. L’acte s’est produit devant moi. J’ai vu les deux  (2) hommes. L’autre a pris ses jambes au cou. Et c’est celui qui prétend être le mari légitime de Jeannette qui l’a battue », a-t-il relaté.

C’est ainsi qu’après le témoignage de son ami, Bruno a décidé de répudier sa femme. Honteuse et confuse, Jeannette est revenue à la maison avec deux (2) taxis, a balayé tous les biens qui se trouvent dans la maison et a regagné le domicile de ses parents. Mais chaque jour qui passe, Bruno reçoit la visite des membres de l’église que fréquente Jeannette, le suppliant de ramener sa femme au foyer conjugal. Toutes ces  manœuvres sont organisées par Jeannette. Dépassé par les visites, les supplications incessantes, Bruno a fini par donner son O.K. au retour de sa femme. Sans honte, Jeannette est revenue au domicile conjugal avec tous les biens qu’elle a emportés.

Chers lecteurs, si vous étiez à la place de Bruno, qu’est-ce que vous devriez faire ? Accepteriez-vous que Jeannette revienne ? Si nos mémoires sont bonnes, il n’est jamais permis à une femme d’avoir plusieurs maris, c’est-à-dire d’être une polyandre. Même dans la Bible, il n’est jamais fait mention qu’une femme a plusieurs époux. Nous savons tout de même que les rois Salomon, David et autres avaient de nombreuses femmes. Mais dire qu’une femme a plusieurs maris, c’est peut-être qu’en RCA que cela est possible. Car les filles et femmes d’aujourd’hui disent que le monde évolue, change et qu’il est de leur devoir d’avoir des amants, afin d’exploiter leur jeunesse.

Attention les femmes, nulle part en RCA, il est autorisé à une femme d’avoir de nombreux maris.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire