QUAND L’EFFECTIF DES ELEVES EST PLETHORIQUE DANS...

Mardi 16.05.2017 : 09H39

QUAND L’EFFECTIF DES ELEVES EST PLETHORIQUE DANS UNE CLASSE,  LA QUALITE DE L’ENSEIGNEMENT LAISSE A DESIRER

L’une des causes fondamentales de la baisse de niveau d’instruction en RCA, reste et demeure l’effectif pléthorique des élèves dans une classe. Ce fait est très patent dans les établissements du Fondamental 1 et 2 à Bangui en particulier, et dans l’arrière-pays en général.

Imaginez-vous, un enseignant se retrouve avec un effectif de cent (100), voire cent cinquante (150) élèves dans une même classe. Est-ce normal ? Dans ce cas de piètre figure, comment peut-il dispenser le cours comme il se doit ? Comment peut-il sillonner dans la classe pour mieux suivre et contrôler les élèves ? Autant de questions qui devraient donner matière à réflexion aux autorités en charge de l’Education Nationale. Quand l’effectif des élèves est pléthorique dans une classe, la qualité de l’enseignement laisse à désirer.

Et pourtant, les ressources humaines formées ne manquent pas et sont disponibles en RCA. Cas des instituteurs et  instituteurs adjoints ressortissants de l’ENI de Bambari et des Centres Pédagogiques Régionaux. Et il en est de même pour les diplômés professeurs de l’ENS et de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de Bangui, qui chôment encore. Alors, pourquoi continuer toujours de les former, si à la fin, ils ne sont pas actifs, c’est-à-dire ne sont pas pris en compte par l’Etat ? C’est le paradoxe, dans la mesure où c’est ce même Etat qui a financé leurs formations, pour ne pas dire leurs études.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×