QTIER GUITANGOLA : JULIETTE, PRISE EN FLAGRANT DELIT D’ADULTERE

Mercredi 23 Novembre 2016 : 09h56

QUARTIER GUITANGOLA : JULIETTE, PRISE EN FLAGRANT DELIT D’ADULTERE QUITTE LE DOMICILE CONJUGAL

Il y a des choses qui se passent en ce moment en RCA, principalement dans les villes de Bangui et Bimbo, après cette crise larvée qui a secoué ces deux villes précitées. Les couples ne s’entendent plus dans leur foyer. Tout se passe comme si les démons sont tombés sur la tête des  Centrafricains. L’infidélité, l’adultère, la débauche, bref les pratiques interdites par la bible se développent à un rythme effréné, exponentiel, à telle enseigne que les divorces ne se comptent plus.

En effet, Baudouin et Juliette vivent maritalement depuis bientôt quinze (15) ans. De leur union, ils ont eu six (6) enfants dont quatre (4) filles et deux (2) garçons. Après l’attaque des quartiers Fatima, Kina, Cattin et autres par les drogués du Km 5, le 29 octobre 2015, ce couple craignant pour sa vie, s’est refugié dans le site des déplacés de Padré Pio, situé dans la ville de Bimbo. Or, pendant qu’ils étaient encore dans ce site, Juliette sortait avec un autre homme, prénommé Odilon. Et ce dernier a un pseudonyme, « A lingbi ndo ». Le matin, quand Baudouin se rend au travail, Juliette et son amant Odilon se défoulent dans des gargotes et des buvettes à Pétévo.

Un jour, le frère de Baudouin les a croisés. Et Juliette de dire, « c’est mon cousin. Il est venu me payer une bouteille de bière, c’est la raison pour laquelle je suis là ». Comme ce frère de Baudouin ne connaît pas tous les cousins de Juliette, il s’est tu et s’est réservé de tout commentaire. Pourtant ceux qui sont dans le site de Padré Pio soupçonnent toujours Odilon d’être le copain de Juliette. Mais celui-ci se défend bec et ongles. A l’absence de Baudouin, Odilon est servi copieusement avec le reste de la nourriture alors que les enfants de ce couple ne mangent pas à leur faim. Quand leur papa revient du travail et constate que ses enfants ne sont pas rassasiés, Juliette se met à vociférer, soi-disant que leurs enfants mangent comme des chenilles. Ne pouvant dire la vérité à leur père, sous peine d’être tabassés par leur mère, les enfants se taisent toujours.

Finalement, durant ces derniers temps, il a été décidé de fermer ce site, ce qui fut fait. Le couple et leurs enfants ont regagné leur domicile conjugal au quartier Guitangola. Quelques jours après, Bandouin est parti en mission de trois (3) jours dans l’arrière pays. Profitant de l’absence de ce dernier, Odilon s’est permis le luxe de venir passer la nuit au domicile de Baudouin. Comme dans toute chose, il y a un début et une fin, Baudouin a écourté sa mission de trois (3) jours. Il est revenu à Bangui après deux (2) jours, ce dimanche 20 novembre 2016, aux environs de 21 heures. Il s’est pointé devant la fenêtre de sa chambre et a commencé à appeler sa femme. En ce moment précis, Odilon et Juliette faisaient l’amour. Ne pouvant attendre très longtemps car sa femme ne faisait pas signe de vie, il a défoncé la porte de sa maison et est entré précipitamment.

C’était en ce moment-là que les deux (2) amoureux, à savoir Odilon et Juliette sont sortis nus en courant dans la nuit sombre. Baudouin n’a pas eu la chance de mettre la main ni sur sa femme, ni sur son rival, car fatigué du long voyage qu’il a effectué. Donc il les a poursuivis en vain. Alertés par les bruits de leur fuite, les voisins et voisines se sont réveillés. Et  Baudouin les a invités à entrer dans sa chambre pour constater de leurs propres yeux ce que sa femme a fait. C’est ainsi que ces derniers ont découvert les habits et la paire de chaussures de cet homme. Et grâce aux effets laissés par ce dernier, les voisins, ont conclu que c’est Odilon, surnommé « A lingbi ndo », car il se présente parfois avec cet accoutrement chez Juliette. Le lendemain matin, Baudouin s’est rendu chez ses beaux-parents et leur a fait part de l’adultère de sa femme. Ils sont venus aussi voir les habits et la paire de chaussure abandonnés par Odilon. Mais depuis lors, Juliette et Odilon sont invisibles. Des recherches sont entreprises par les parents de Juliette et son mari pour tenter de mettre la main sur elle. Aujourd’hui, c’est Baudouin qui s’occupe seul de ses six (6) enfants.

Est-il possible qu’une mère de six enfants agisse ainsi ? C’est vraiment une honte. C’est pour cela que nous demandons à toutes les femmes centrafricaines en particulier, et les autres femmes en général de se comporter comme de bonnes femmes et non des femmes adultérines. Et les Centrafricains s’interrogent aujourd’hui de la sorte : « Est-ce de cette manière que les femmes centrafricaines comptent mettre en œuvre l’égalité de sexe » ? A vous d’y réfléchir et de nous donner des réponses.  

 

 Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire