LIBRE CIRCULATION AU KM 5 A BANGUI : L’ASSOCIATION DES ...

Jeudi 09.03.2017 : 09H18

LIBRE CIRCULATION AU KM 5 A BANGUI : L’ASSOCIATION DES COMMERCANTS ET LE GROUPE D’AUTODEFENSE ONT FAIT DEGUERPIR LES VENDEURS A LA SAUVETTE AUX ABORDS DE L’AVENUE KOUDOUKOU

 

Depuis le lundi 06 mars 2017, les chauffeurs des véhicules de toute marque, les conducteurs des taxis-motos et les piétons, peuvent désormais circuler librement et en toute quiétude sur l’avenue Koudoukou menant au Km 5, dans le 3ème arrondissement de la ville de Bangui. Et cette libre circulation est rendue possible grâce à l’action très patriotique conjointement menée par l’Association des commerçants et le Groupe d’Autodéfense du Km 5, pour faire déguerpir les vendeurs à la sauvette, anarchiquement installés aux abords de l’avenue Koudoukou. Une telle action a été très appréciée par les chauffeurs des véhicules, les conducteurs des taxis-motos et les habitants du Km 5.

Car, nul n’ignore que l’installation anarchique de ces vendeurs à la sauvette aux abords de l’avenue Koudoukou, constitue un réel danger pour la sûreté de la circulation routière. De ce fait, les occupations anarchiques et illicites des principales avenues et artères de Bangui, la capitale, ne font que se rétrécir davantage, tout en causant des fréquents cas d’accidents meurtriers de circulation routière.

Or, il s’est avéré que ce fait anodin n’est pas singulier au Km 5. Même au niveau des marchés de Miniskine (5ème arrondissement), de Pétévo (6ème arrondissement), de Gobongo et Combattant (8ème arrondissement) et du PK 12 (Bégoua), il y a aussi les occupations anarchiques des abords des avenues par les commerçantes et commerçants, ainsi que les vendeurs à la sauvette. Et ceci au vu et su des autorités politico-administratives locales, et des forces de la sécurité nationale (Police, police municipale et Gendarmerie). Incroyable, mais pourtant vrai.

Fort de tout ce qui précède, nous interpellons les autres couches socioprofessionnelles des arrondissements de Bangui, à emboîter les pas à l’Association des commerçants et au Groupe d’autodéfense du Km 5, en matière de la sûreté de la circulation routière dans la ville de Bangui en général. Car, ce n’est pas seulement l’affaire du gouvernement seul, mais de tous les  Centrafricains. Et il est question de la vie de tout un chacun qui est fortement mise en danger par ces occupations anarchiques et illicites des abords des avenues.

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire