LES PARTISANS NATIONAUX ET INTERNATIONAUX DE ...

Mardi 20.06.2017 : 10H17

LES PARTISANS NATIONAUX ET INTERNATIONAUX DE L’AMNISTIE N’ONT PAS LE DROIT DE SE SUBSTITUER AU PEUPLE CENTRAFRICAIN QUI AVAIT DEJA TRANCHE : « NON A L’AMNISTIE ET OUI A L’IMPUNITE ZERO »

A notre bon entendement et sens, la question d’amnistie ne devait pas en principe être soulevée, ni faire l’objet d’un nouveau débat sur la scène politique nationale, après le retour du pays à l’ordre constitutionnel, le 30 mars 2016. Mais pourquoi ? Suivez bien notre regard sur cet aspect précis des choses.

Nul n’ignore, y compris les partisans de la thèse d’amnistie que le peuple centrafricain dans son ensemble, s’était déjà prononcé lors des Consultations Populaires à la Base (CPB) et du Forum National de Bangui (FNB), sous le régime de transition, de la présidente Catherine Samba-Panza. « Non à l’Amnistie et Oui pour l’Impunité Zéro en RCA ». Donc, le message du peuple centrafricain sur cette question est clair comme l’eau de roche et sans appel. A cet effet, les bourreaux de ce peuple, quoi qu’ils fassent, devaient savoir que l’un de ces quatre (4) matins, ils vont répondre de leurs actes criminels et barbares devant la justice (Cour Pénale Spéciale et Cour Pénale Internationale). Pourquoi alors faire pression sur le régime actuel pour qu’une loi d’amnistie soit votée en leur faveur ? Et quel sort va être réservé aux victimes de ces conflits armés ? Autant d’interrogations qui devaient nous donner tous, matière à réflexion sur les en dessous de cette crise centrafricaine, qui perdure depuis plus de quatre (4) ans.

« Non à l’Amnistie et Oui à l’Impunité Zéro », dixit le peuple Centrafricain. Donc, les partisans nationaux et internationaux de l’amnistie, n’ont d’autre chose à faire que de s’aligner derrière cette décision souveraine qu’avait prise le peuple de la RCA.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire