LES GROUPUSCULES ARMES CONSTITUENT UN FREIN AU..

Jeudi 16.11.2017 : 09H47

LES GROUPUSCULES ARMES CONSTITUENT UN FREIN AU DEVENIR DE LA RCA

Depuis le début du  deuxième semestre 2017, notre pays sombre manifestement dans une incertitude indescriptible. La situation socio-économique est plus qu’alarmante mais laisse indifférents les groupes rebelles qui sont les détonateurs de cette crise multiforme.

Ces mercenaires de tout acabit qui ne se soucient que de leurs propres intérêts directs et personnels (tuer, violer et piller les ressources du pays), nous ont fait croire qu’ils étaient prêts à déposer les armes pour le retour effectif de la paix, au tournant, le programme DDRR. Le président de la République leur a tendu la perche en ouvrant les portes aux discussions politiques pour que le peuple retrouve l’espoir. Hélas ! Ce n’est que des stratagèmes pour échapper à la case justice.

Depuis lors, toute la société centrafricaine est à feu et à sang. L’accord de cessez-le-feu de Saint’ Egidio était-il  une arnaque à l’italienne ? Maintenant plus que jamais le pays connaît un dysfonctionnement profond.

Au plan économique, on observe une perte vertigineuse de valeur, de l’investissement : chômage galopant.

Au plan social, le taux de mortalité infantile a doublé. La quasi-totalité des infrastructures sont détériorées, la scolarisation devient une fiction. L’accès aux soins est un casse-tête chinois et la recrudescence de l’insécurité de proximité est devenue une menace permanente…

Au plan sécuritaire,  les principales villes comme Bria, Yalinga, Mobaye etc… ont été les plus touchées par les groupes armés; la secte mystico-religieuse de la LRA continue de semer la terreur, le chaos et en faisant tuer les paisibles citoyens. Et que dire de la tragédie des milliers des déplacés internes et d’innombrables civils innocents tués ?

Ce tableau apocalyptique peut apparaitre comme une malédiction. Mais il n’y a pas de malédiction, juste une vieille habitude égoïste, intérêt personnel dont nous subissons toutes les conséquences.

Reprenons conscience, c’est nous qui sommes sacrifiés, c’est nous qui sommes meurtris, c’est nous qui n’avons aucun avenir. Face à un tel bilan et une telle absence de perspectives, nous devons prendre nos responsabilités et lutter contre ces terroristes et groupuscules rebelles en constituant un front idéologique.

Nous avons un devoir essentiel, celui de réaliser le vœu du père fondateur, celui  de voir un Centrafrique Uni, Beau et Grand.

 

Sinclair ARIES

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire