LES GENDARMES ET POLICIERS, INFORMES SUR LA...

Mardi 20 .06.2017 : 10H37

LES GENDARMES ET POLICIERS, INFORMES SUR LA PROTECTION

INTERNATIONALE DU HCR

Les 15 et 16 Juin 2017, certains éléments de la gendarmerie et de la police ont été informés sur, « le HCR et la protection internationale ». C’était à l’occasion des conférences débats qui se sont déroulées respectivement dans l’enceinte de la gendarmerie et de la police à Bangui.

Il ressortait des exposés que le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) a pour but premier d’aider les gouvernements à sauvegarder les droits et le bien être des réfugiés. L’agence s’efforce ainsi d’assurer pour tous le respect du droit à demander l’asile et à trouver refuge dans un autre Etat. Parmi les personnes relevant du mandat du HCR : les demandeurs d’asile, les apatrides, les rapatriés, les réfugiés, et les déplacés internes, les plus visés sont les réfugiés, considérés comme les « bébés » du HCR.

Il incombe aux Etats de protéger leurs citoyens. Lorsque des gouvernements ne peuvent pas protéger leurs citoyens, des individus sont parfois confrontés  à des violations telles de leurs droits qu’ils sont contraints de quitter leurs foyers et souvent même leurs familles pour trouver refuge dans un autre pays. Les gouvernements des pays d’origines n’assurant plus par définition la protection des droits fondamentaux des refugiés, la communauté internationale intervient pour veiller à ce que ces droits soient respectés. Il peut s’agir d’interventions destinées à garantir l’admission pour raisons de sécurité, l’accès à des procédures équitables de détermination du statut du refugié, le respect des normes humanitaires de traitement et la mise en œuvre de solutions durables à savoir : le retour volontaire, l’intégration locale et la réinstallation.

Le HCR travaille en collaboration avec les forces de sécurité intérieure et notamment les policiers et gendarmes qui  ont pour rôle le maintien de la sécurité et de l’ordre public. Certains éléments de la gendarmerie nationale déployés à l’intérieur du pays ont participé à une opération de rapatriement des citoyens Congolais qui se sont refugiés en République Centrafricaine. Cet exemple illustre bel et bien que le HCR  œuvre toujours en partenariat avec les autorités des pays dans lesquels les personnes sont refugiées. A cet effet, les forces de sécurité intérieure doivent aider le HCR dans sa principale mission, celle de la protection et assistance aux refugiés et déplacés internes.

Un gendarme qui a pris part à cette conférence débat a témoigné, « ce thème débattu est d’une importance capitale. Cela va nous permettre de connaître d’avantage le rôle que joue  les ONG humanitaires à l’exemple du HCR en République Centrafricaine et de pouvoir les aider dans l’accomplissement de leurs missions ». Pour un élément de la police, participant à cette conférence, « nous avons aussi le rôle de protéger la population et donc de tout être humain qui se trouve sur le territoire de la RCA. Nous venons d’apprendre beaucoup de choses aujourd’hui sur la protection des personnes refugiées et déplacées. Désormais, nous allons faire de notre mieux pour aider le HCR dans la recherche de la stabilité en RCA ».

C’était depuis le 14 Juin que le HCR en partenariat avec Afrique Secours et Assistance (ASA)  mènent des activités à Bangui et à l’intérieur du pays pour commémorer la Journée Mondiale des Refugiés prévue pour ce mardi 20 juin à l’Assemblée Nationale.

 

Bénistant MBALLA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire