LES EVEQUES DE CENTRAFRIQUE LANCENT UN APPEL POUR LE ...

Mardi 17 Janvier 2017 : 10H31

LES EVEQUES DE CENTRAFRIQUE LANCENT UN APPEL POUR LE DIALOGUE ET LA RECONCILIATION NATIONALE

 

Débutée le 05 janvier 2017, c’est finalement le dimanche 15 de ce même mois que la conférence épiscopale des évêques de Centrafrique a pris fin avec la célébration eucharistique à la Cathédrale Immaculée Conception de Bangui. Au cours de cette Assemblée des évêques qui a duré une dizaine de jours, ces serviteurs de Dieu ont lancé aux Centrafricains un appel pour le dialogue et la réconciliation nationale. Nous pensons pour notre part que  ce sont les deux (2) voies qui permettront à la RCA de sortir de cette crise larvée. Si les évêques de Centrafrique ont choisi ces chemins, ils sont certainement inspirés par Dieu Tout-Puissant. Et la rédaction de « Centrafric Matin » s’interroge en ces termes : les groupes armés et les partis politiques vont-ils entendre la voix de ces élus de Dieu ?

Il le faut car le dialogue et la réconciliation nationale sont des conditions sine qua non pour le retour de la paix et de la sécurité en Centrafrique. Et ce n’est pas pour rien que le président de la République, Chef de l’Etat, professeur Faustin Archange Touadéra prône le dialogue, rien que le dialogue. Et vous êtes sans ignorer que c’est aussi un homme de Dieu qui a été inspiré par Dieu. Tout comme les évêques ont prôné le dialogue et, la réconciliation nationale, Touadéra a opté depuis fort longtemps pour cette issue favorable. Il revient aujourd’hui aux combattants rebelles des groupes armés tels le FPRC, le MPC, les 3R, l’UPC, réfractaires, réticents au processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), d’emboîter le pas aux autres, aux évêques et au président de la République, pour que la paix et la sécurité reviennent en RCA. Un adage populaire dit, « vox populi, vox Dei », en d’autres termes, « la voix du peuple, c’est la voix de Dieu ». C’est pour autant dire que Dieu agit à travers ses serviteurs. Et la voix de ceux-ci, c’est la voix même de Dieu. Il est urgent et capital que les rebelles qui continuent de commettre des actes barbares sur les populations civiles abandonnent cette voie, et s’orientent vers le dialogue et la réconciliation nationale.

Certains leaders des partis politiques qui continuent toujours de tirer la ficelle vers eux, doivent cesser leurs vieilles habitudes qui ne les honorent pas. Car la crise qui sévit en RCA, n’a épargné et n’épargnera personne. Tous les Centrafricains ont subi ces effets pervers. Un leader des partis politiques ne peut lever le petit doigt pour dire qu’aucun des membres de sa famille n’a été frappé par cette crise. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, tout centrafricain a payé et paie le plus lourd tribut de cette crise. Alors, pourquoi persévérer dans la violence, inciter et manipuler la jeunesse à poursuivre les actes de désobéissance civile, à pousser les combattants des groupes armés à opter rien que pour la guerre ? Qu’est-ce que ces leaders politiques ont reçu dans cette crise ? Depuis que le monde existe, quel individu a reçu le prix Nobel de la violence ? Aucun individu. D’ailleurs, nous avons toujours entendu parler du Prix Nobel de la paix décerné aux gens qui œuvrent pour la paix dans le monde.

Il s’avère indispensable à l’heure actuelle que tous les Centrafricains épousent la voie du dialogue et de la réconciliation nationale. Tout doit d’abord passer par le dialogue. Nous devons parler entre nous, nous entendre. Ensuite, viendra le pardon, et enfin la réconciliation nationale. Mais si certains ont des idées derrière leur tête, il est clair et précis que nous voguerons au gré du vent, sans voir le bout du tunnel. La crise centrafricaine a trop duré. Les Centrafricains ont trop souffert dans leur peau et dans leur chair. Les tissus socio-économiques ont été tous détruits. La RCA est par terre. La famine guette nos compatriotes dans l’arrière-pays surtout le Nord, parce qu’ils n’arrivent pas à vaquer à leurs occupations habituelles (l’agriculture), à cause des actes barbares des groupes armés. Toutes ces exactions doivent disparaître à jamais.

Pour ce faire, nous avons l’obligation de nous mobiliser derrière l’Exécutif, les évêques et les Centrafricains de bonne foi qui prônent le dialogue et la réconciliation nationale. C’est par cette voie que la RCA sortira du fond du gouffre. Que personne ne nous trompe ou nous induise en erreur. La paix et la sécurité en RCA dépendent de ces deux (2) concepts. Le pays est vaste et appartient à tout un chacun de nous. Donc, nous devons la préserver, la protéger, l’entretenir non pas par la guerre mais par de bonnes œuvres posées ça et là.

Peuple centrafricain, écoutons la voix des serviteurs de Dieu et optons tous pour le dialogue et la réconciliation nationale, gages du développement durable de notre cher et beau pays, la RCA.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×