LES DEPUTES CENTRAFRICAINS JOUENT-ILS REELLEMENT..

mardi 14.03.2017 : 10H17

LES DEPUTES CENTRAFRICAINS JOUENT-ILS REELLEMENT LEURS ROLES DES REPRESENTANTS DU PEUPLE ?

Assemblee n 2La RCA, depuis son accession à l’indépendance politique, le 13 août 1960 jusqu’à ce jour, est à sa septième Législature (Assemblée Nationale). Et les députés sont élus par leurs compatriotes dans diverses circonscriptions électorales du pays, d’où leur appellation des « élus de la nation » ou des « représentants du peuple », comme dans tout Etat démocratique.

A cet effet, les élus de la nation ont pour missions, entre autres, de voter les lois nationales ; de ratifier les traités et conventions internationaux ; de contrôler les actions du gouvernement par divers moyens légaux ; d’informer et d’éduquer leurs électeurs sur tout ce qui concerne et touche la vie de toute la nation entière. Malheureusement chez nous en RCA, tel ne semble pas être le cas avec nos élus de la nation.

D’ailleurs, une fois élus et investis dans leurs fonctions des députés, bon nombre d’entre eux, préfèrent mieux rester à Bangui, la capitale, en rompant tout lien avec leurs électeurs de provinces. Ils n’ont même pas le temps de se rendre dans leurs circonscriptions électorales respectives, pour ne fusse que témoigner leur reconnaissance à leurs électeurs, car étant trop préoccupés par d’autres affaires, privées et personnelles. Quelle ingratitude !

Dans ce cas de piètre figure, comment le peuple va-t-il être informé, éduqué pour connaître les lois de la République, les divers traités et conventions internationaux, votés et ratifiés par l’Assemblée Nationale, et promulgués par décret du président de la République au Journal Officiel (JO) ? Comment le peuple va-t-il avoir un comportement de citoyenneté responsable vis-à-vis des lois et des institutions de la République ? D’ailleurs, dites-nous, combien de députés ont eu à informer et sensibiliser leurs électeurs sur la nouvelle Constitution de la RCA du 30 mars 2016 ? Dieu a raison de déclarer dans la Bible : « par manque de connaissance, mon peuple périt ». Et c’est le cas exact du peuple centrafricain, car nos députés ne jouent pas comme il doit leurs rôles des représentants de ce peuple. Pour conséquence, « les mêmes faits produisent les mêmes effets ». Regardez-les, car à la fin de leur mandat, ils n’ont pas la honte aux yeux, pour aller encore solliciter la confiance de leurs électeurs, afin d’être réélus à l’Assemblée Nationale. Quelle bassesse d’esprit dont font montre les députés centrafricains ?

Même pour le problème de la sécurité de leurs électeurs et concitoyens, bon nombre d’entre eux, y sont indifférents et insensibles, n’osent ouvrir leur bouche pour dénoncer les actes criminels et violents dont ils sont victimes de la part des groupes armés non conventionnels. Est-ce possible ?

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire