LES COLLECTEURS DE DIAMANT MIS EN DEMEURE DE FAIRE P....

Lundi 13 mars 2017 :11H07

LES COLLECTEURS DE DIAMANT MIS EN DEMEURE DE FAIRE PARVENIR LEURS BORDEREAUX D’ACHAT A LA DIRECTION GENERALE DES MINES,

LA FIN DE CE MOIS DE MARS 2017

 

C’est dans ce sens que le Directeur Général des Mines, Sylvain Marius Ngbatouka, avait effectué une tournée de mission de travail dans la préfecture de la Mambéré-Kadéï, la semaine passée. Et ce, pour tenir informer les collecteurs de diamant sur les nouvelles dispositions prises par le ministère des Mines, de l’Energie et de l’Hydraulique, pour voir un peu plus clair dans le domaine des mines en RCA. Et surtout suite à la grave crise militaro-politique sans précédent qu’a connue le pays depuis le 24 mars 2013, jusqu’à ce jour.

Selon le DG des Mines, Sylvain Marius Ngbatouka, « cette mesure vise pour le ministère de tutelle de connaître le nombre exact des collecteurs de diamant exerçant actuellement en RCA, et aussi d’avoir une idée précise sur la quantité de diamants collectés en 2016. Et tout ceci pour asseoir la traçabilité dans le domaine diamantifère en cette année 2017. D’où les collecteurs de diamants sont mis en demeure de faire parvenir à la Direction Générale des Mines à Bangui, d’ici la fin de ce mois de mars 2017, leurs bordereaux d’achat ».

Nul n’ignore qu’après le coup d’Etat du 24 mars 2013 de la nébuleuse ex-coalition Séléka, le secteur minier centrafricain avait été suspendu par le processus de Kimberley. Car, les chantiers miniers du pays ont été pris d’assaut par les groupes armés non conventionnels, qui se sont passés illicitement comme des collecteurs de diamant. Du coup, le diamant de la RCA a été qualifié, « diamant de sang » par le processus de Kimberley, car alimentant la crise militaro-politique.

Aujourd’hui, avec la levée presque totale de l’embargo sur le diamant centrafricain, le secteur minier est entrain de renaître peu à peu de ses cendres. D’où nécessité oblige le ministère des Mines, de l’Energie et de l’Hydraulique, via la Direction Générale des Mines, à recadrer le secteur diamantifère du pays, par ces nouvelles disposions réglementaires.

 

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire