LES « CELLULES DE PRIERE » DIVISENT ET CREENT DES...

Vendredi 10Août 2018 : 10:58

BANGUI, BIMBO ET BEGOUA : QUAND LES « CELLULES DE PRIERE » DIVISENT ET CREENT DES POLEMIQUES AU SEIN DES COUPLES

Bible 2A Bangui, la capitale de la RCA, tout comme dans les communes de Bimbo et Bégoua, il y a un phénomène sociétal, religieux qui gagne plus de terrain, inquiète de plus en plus bon nombre de nos compatriotes, car les perturbant de dormir dans la tranquillité. C’est ce qu’on appelle les « cellules de prière » ou les « temples charismatiques » qui naissent et poussent comme des champignons à travers toute la ville de Bangui, les communes de Bimbo et Bégoua, et sont tenus par des « intercesseurs » et des « bergers ». Un tel fait de la société ne peut que nous donner matière à réflexion. 

En effet, selon nos investigations menées sur le terrain auprès des habitants de Bangui, Bimbo et Bégoua, nous avons pu tirer trois (3) leçons : les adeptes, les horaires et l’adultère.

Les adeptes

Comme il est démontré naturellement que les jeunes filles et les femmes chérissent tant les choses de ce monde, qu’elles veulent facilement gagner leur vie, ce sont les adeptes patentées de ces cellules de prière » et des « temples charismatiques ». Leurs tenants les ont faites miroiter qu’ils ont reçu des talents spirituels divins de guérison, de délivrance et d’amélioration des conditions de vie des personnes. Aussi naïves qu’elles soient, ces dernières croient aveuglement à ces « faux disciples », pour ne pas dire ces pêcheurs en eau trouble qui font usage du nom de Dieu, Le Créateur, pour assouvir leurs intérêts personnels et égoïstes.

Les horaires

C’est toujours la nuit que se tiennent ces « veillées de prière », rythmées par des chants d’adoration et de louanges avec des instruments musicaux trop sonores, élevés vers Dieu, le Tout-Puissant, comme s’il est un sourd. En plus de cela, les jeunes filles et femmes adeptes ont l’habitude de se rendre à ces lieux de prière, trois, quatre, voire, cinq fois par semaine, avec sous les bras, leurs nattes. Incroyable, mais pourtant vrai. Finalement, vont-elles à ces « veillées de prière » pour dormir ? Telle est la question qui se pose aujourd’hui avec plus d’acuité.

L’adultère

Profitant de la naïveté et de la frivolité de ces jeunes filles et femmes, bon nombre « d’intercesseurs » et de « bergers » en profitent pour leur faire des avances amoureuses. Et par ignorance, quelques unes d’entre elles cèdent facilement à ces avancées amoureuses, tout en passant à l’acte sexuel. N’est-ce pas là de la fornication, un péché réprimé par Dieu dans les dix (10) commandements ? Motif pour lequel nous disons que les « cellules de prière » divisent et créent des polémiques au sein des couples.

Un exemple palpable parmi tant d’autres pour étayer notre thèse est le suivant : Paterne et Marie vivent maritalement au quartier Pétévo dans le 6ème arrondissement de la ville de Bangui, il y a de cela cinq (05) ans. Dans leur union conjugale, ils n’ont pas eu d’enfants. Mais bien avant leur union, Paterne avait déjà fait trois (03) enfants avec une autre femme, prénommée Mireille, pour se séparer d’elle par la suite. Souvent, Marie dit à son époux Paterne qu’elle va à la « veillée de prière » dans un temple de la place. Paterne, étant un croyant aussi comme elle, lui a donné la latitude, car estimant que c’est une bonne chose pour leur couple. Mais en réalité, tel ne semble pas être le cas.

Le mardi 07 août 2018, aux environs de 22 heures, alors que Paterne, après avoir soulevé les coudes dans un cabaret à Pétévo, est entrain de rentrer au domicile. Arrivé au niveau d’une auberge dans la ruelle  qui mène à leur domicile, grande est sa surprise d’apercevoir sa femme Marie et son amant, le « berger » y sortir, la main dans la main. Sans se paniquer et connaissant le «  berger », Paterne de leur dire : «  j’ai tout vu, tout compris, donc je n’ai pas besoin d’explication », tout en continuant son chemin. Imaginez le reste.

Une fois à la maison, il s’est changé et est allé passer la nuit chez l’un de ses oncles maternels dans le même secteur. Paterne a décidé d’abandonner définitivement Marie dans la maison où ils louent.

 Le mercredi 08 Août dernier, dans l’après midi, Paterne est revenu au domicile conjugal, remettre deux (2) convocations émanant du commissariat de police du 6ème Arrondissement à son épouse Marie dont l’une pour son amant, le « Berger » qui a aussi une femme à la maison.

La Bible déclare : « Toutes les choses qui se font dans les ténèbres finiront l’un de ses quatre matins d’être mises au grand jour ». C’est pour autant dire que tout ce qui se passe sous le ciel, sur la terre, sous la terre, dans la mer ne peut être caché à Dieu, le Créateur. Un homme peut-il tromper l’Eternel, Dieu des armées ? Dieu est donc l’Alpha et l’Oméga.

Nous interpellons ici le ministère de la Sécurité Publique de prendre en main sa responsabilité pour jeter un regard sur ce qui se passe dans les « cellules de prière » et les «  temples charismatiques » afin d’y mettre de l’ordre.

Une affaire à suivre pour connaitre son aboutissement car étant portée devant le commissariat de police du 6ème Arrondissement.

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire