LES CAUSES PROFONDES DE LA CRISE EN...

Mercredi 20.06.2018 : 10H41

LES CAUSES PROFONDES DE LA CRISE EN RCA ET LES PRINCIPAUX ACTEURS

Sangaris centrafrique le drianDeby 1La RCA de feu président Barthélemy Boganda, paix à son âme, est victime de crises militaro-politiques depuis plus de trois (03) décennies, avec des conséquences fâcheuses sur le plan socio-économique. D’où nous posons la question suivante : quelles sont les causes profondes et les principaux acteurs de la crise en RCA ? Pour répondre à cette question, nous avons jugé utile de vous informer à travers cet article, comment et pourquoi, notre pays, la RCA est toujours plongée dans des crises militaro-politiques récurrentes (causes profondes et principaux acteurs).

Les causes profondes

Elles sont de deux (2) ordres, à savoir les causes politico-économiques et les causes socio-culturelles.

Parmi les causes politico-économiques, il y a entre autres, la mauvaise gouvernance (népotisme, corruption, clanisme, gabegie, régionalisme…) ; le non-respect des lois de la République ; la méconnaissance des institutions républicaines ; le manque de vision politique des acteurs ; l’impunité ; la non application des recommandations de différentes rencontres inter-centrafricaines ; et l’influence de certaines puissances étrangères.

Quant aux causes socioculturelles, nous énumérons pêle-mêle, la méconnaissance de l’histoire du pays ; le tribalisme ; l’égocentrisme ; le clientélisme ; l’analphabétisme ; et l’ignorance. Mais qui sont les principaux acteurs de la crise centrafricaine ?

Les principaux acteurs

En nous fondant sur l’ordre de la nomenclature des causes profondes de la crise en RCA, nous disons sans risque de nous tromper, qu’il y a quatre (4) principales catégories d’acteurs. Il s’agit des hommes politiques, des groupes armés non conventionnels (milices, autodéfenses, rebelles, mercenaires), les gouvernants et gouvernés, et les puissances étrangères (France, Tchad, sponsors et bailleurs de fonds étrangers).

Les leçons à tirer de la crise centrafricaine

Pour mettre un terme définitif aux crises militaro-politiques à répétition en RCA, chaque fille et fils de ce pays devaient prendre conscience que tous, (gouvernants et gouvernés), à divers degrés de leur vie, ont une part de responsabilité dans la crise qui secoue le pays. De ce fait, chacun et chacune ont l’obligation de faire sincèrement leur mea culpa, en renonçant de manière objective à tous les comportements et pratiques antisociaux, anti-démocratiques et antirépublicains pouvant mettre en péril l’unité nationale, la cohésion sociale, les institutions démocratiques, en un mot, l’intérêt supérieur de la nation.

A ce titre, tous et toutes, nous dévions être unis, solidaires et ensemble derrière nos autorités légitimes pour défendre la cause de notre patrie en danger, face aux manœuvres machiavéliques des ennemis de la République et du peuple. Car, « les régimes se succèdent au pouvoir et finissent par partir mais le peuple et le pays demeurent toujours », dit-on. Donc la RCA a besoin des « institutions fortes » et non des « hommes forts ». Mais si les centrafricains ne s’entendent pas entre eux, qui vont régler leurs différends à leur place et faire développer leur pays ? Cette question devait donner matière à réflexion au peuple centrafricain du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. Sinon…

 

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire