LES ARTISTES COMPOSITEURS CENTRAFRICAINS CONNAISSENT-ILS...

Jeudi 26.01.2016 : 10H14

LES ARTISTES COMPOSITEURS CENTRAFRICAINS CONNAISSENT-ILS LEURS DROITS ?

Nul n’ignore sans doute que le compositeur d’une chanson est généralement « le propriétaire » de son œuvre, d’une manière ou d’une autre. Ce principe n’est pas sans conséquence, car cette chanson ne peut être copiée ou vendue sans l’accord de son auteur.

Ainsi, chaque fois que, quelqu’un se procure de cette chanson, une partie de ce qu’il paie est réservée au propriétaire pour le temps et l’argent qu’il a investi et pour le travail de réflexion et les efforts déployés.

Le droit d’auteur fait partie des droits de la propriété intellectuelle qui concernent la protection de l’œuvre de l’esprit. Le droit d’auteur est donc le droit qui protège les œuvres littéraires et artistiques. Il s’agit notamment des écrits, des œuvres musicales, des œuvres d’art telles que les œuvres de peinture et de sculptures et les œuvres utilisant des techniques, l’informatique comme par exemple les programmes d’ordinateur et les bases de données informatiques.

Il est nécessaire aussi de savoir quel est le recours que les artistes compositeurs centrafricains doivent entreprendre en cas d’atteinte à leurs droits.

Rappelons que les recours sont possibles dans la plupart de pays signataires à l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) ou Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI).

Cependant, les artistes compositeurs centrafricains doivent comprendre que le vocable œuvre d’esprit est très large. Il est défini par la loi de deux manières : le type de création (musique, texte…) et le mode de conception (un seul auteur, plusieurs…).

La matérialisation d’une chanson seule est protégée. L’idée elle-même n’est pas protégeable, ce ne serait possible, ni souhaitable.

Peu importe la dimension de la chanson. Un poème a droit à la même protection qu’une chanson de grande renommée. En effet, pour l’un et pour l’autre, la notion d’originalité revêt une importance primordiale. En fait, le caractère original d’une chanson reflète la personnalité de son auteur.

Le droit d’auteur protège donc les chansons, c’est-à-dire l’expression d’une conception. Si un compositeur imagine une chanson, celle-ci n’est pas protégée. Par contre, s’il le met en forme dans une nouvelle, celle-ci est protégée. Néanmoins, d’autres compositeurs peuvent créer de nouvelles chansons à partir d’une imagination semblable.

Actuellement, la plupart d’artistes compositeurs centrafricains ne tirent pas profit de la création de leurs œuvres musicales. Nous leur conseillerons dorénavant de s’approcher auprès de la Direction de la propriété intellectuelle de Bangui afin qu’ils aient une protection nationale ou internationale de leurs chansons, pour que chacun bénéficie du fruit de son esprit.

Delsya Sipaïna NZAPAGAZA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire