LES 14 GROUPES ARMES FACE A LA PRESSE...

Mercredi 05 juillet 2017 : 10H13

LES 14 GROUPES ARMES FACE A LA PRESSE. LA VOLONTE D’ALLER A LA PAIX SE DESSINE CAR « LES JOURS DE CEUX QUI ONT BATI DES FORTUNES SE COMPTENT »

« Les 14 groupes armés rangés autour de leur Coordinateur, Nordine Mahalba, ont répondu l’un après l’autre aux questions des journalistes, ce dimanche 02 juillet 2017 au Restaurant Kanakou. C’est à cœur ouvert que les représentants des groupes armés ont tenu à faire les contours de l’Accord politique de Rome, sous l’égide de Sant’ Egidio et du Pape François. « C’est nous qui avons conçu et accouché cet Accord. Nous devons l’appliquer ». Ils ont également mis en exergue le rôle des manipulateurs tapis dans l’ombre, qui veulent torpiller tous les efforts de paix. «  Nous nous réservons le droit de les dénoncer le moment venu ». La presse a également été prise à partie par les 14 représentants des groupes armés. Ces questions des journalistes portaient sur la représentativité, la sincérité, la communauté laïque catholique Sant’ Egidio dans la médiation, notamment les actes barbares après la signature de l’Accord politique de Rome. Selon le coordonnateur, le colonel Larry Nordine Mahalba, une large place a été faite à la sensibilisation des groupes armés pour une bonne compréhension. Selon lui, il y a des groupuscules qui se sont formés dans les villages et  qui sèment la terreur. D’après Abel Balenguélé, la mutualisation de toutes les forces  des groupes armés pourrait, dans un proche avenir, résoudre ce problème et sécuriser la population civile et ses biens. Quant à Joachim Kokaté, «  le processus de paix enclenché est irréversible. Les groupes armés étaleront au grand jour tous les noms des manipulateurs. Ceux qui ont échoué aux élections doivent attendre leur tour en 2021 ». Il se dégage des propos des groupes armés, une réelle volonté de restaurer la paix, la sécurité et la réconciliation nationale.

Voici les propos introductifs du colonel Larry Nordine Mahalba, coordonnateur de la plateforme des groupes armés ».

Julien BELA

Au lendemain de la réunion du CCS/PNDDRR tenue du 22 au 23 avril 2017, réunion à laquelle tous les 14 groupes adhéré au processus DDRR ont participé, le peuple centrafricain a commencé à croire à un début de véritable sortie de crise. Malheureusement, il nous a été donné de constater que cet espoir, à peine né, s'est une fois de plus volatilisé.

En lieu et place de la paix et de la tranquillité légitimement attendues par les Centrafricains, c'est une série d'agressions et d'actes de violence injustifiés qui se sont abattus sur de nombreuses localités, à l'instar des villes rendues martyres comme Alindao, Mobaye et Zangba dans la Basse-Kotto ainsi que Bangassou et Bakouma dans le Mbomou et présentement Zémio dans le Haut-Mbomou. A Kaga-Bandoro, c'est encore une histoire de représailles intercommunautaires qui est en gestation.

Cette reprise des hostilités avec leur cortège de malheurs sont la manifestation concrète d'un projet qui vise sans conteste à contrecarrer tous les efforts de paix des autorités légitimes de la République Centrafricaine, autant qu'elle cache l'intention de bloquer le processus du programme DDRR auquel la Plate forme des Organisations Politico-militaires que nous représentons, a totalement adhéré.

Il est à ce jour légitime, de s’interroger sur la dimension morale des actes de banditisme et de massacres des populations qui sont en cours dans l'Est du pays, alors qu'à Sant’ Egidio, tous les groupes politico-militaires ont librement apposé leurs signatures au bas d'un Accord historique, dans lequel nous avons pris l'engagement de renoncer à la violence et de travailler au retour de la paix et de la sécurité sur toute l'étendue du territoire de la République Centrafricaine.

Au regard de ce volte-face qui constitue une remise en question de l'esprit et de la lettre de l'Accord de Sant’ Egidio, autant que celle des engagements pris dans le cadre de la réunion du CCS/PNDDRR, la Plate forme des Organisations Politico-militaires constate, qu'il y a un double langage qui caractérise certains responsables de groupes armés qui militent pour la paix.

Ne pouvant cautionner ce qu'elle considère dorénavant comme une trahison à la cause nationale et une volonté de destruction de notre pays la République centrafricaine, la Plate forme des organisations politico militaires condamne, avec force, les agissements des entités qui continuent de semer la mort et la désolation au sein des populations civiles qui sont des communautés non armées, donc sans défense. Elle rappelle aux auteurs de ce genre de comportements déshonorants, que le monde entier ainsi que le peuple centrafricain, suivent avec attention leurs agissements et que le moment venu, ils n'auront pas de choix que de rendre compte de ce qu'ils ont fait.

La Plate forme des Organisations Politico-militaires saisit cette occasion pour lancer un appel pressant aux groupes armés qui ont renoncé à la violence au nom de la paix et de l'unité nationale, de rester vigilants. Il s'agit avant tout de protéger l'intégrité territoriale de la République Centrafricaine, menacée par des mercenaires à la solde des gens qui trouvent leurs intérêts dans la souffrance de nos compatriotes.

La Plate Forme des Organisations Politico-militaires adhéré au processus DDRR demande aux autorités politiques nationales de prendre toutes les dispositions nécessaires, afin que toutes stigmatisations, manipulations et instrumentalisations soient boutées hors du territoire national. Elle demande également à la MINUSCA d'utiliser les moyens militaires qui sont à sa disposition, pour rétablir la paix et la tranquillité sur l'ensemble du territoire de la République centrafricaine.

 

Pour la Plate Forme des Organisations Politico

 

Militaires adhérés au processus DDRR

 

Le Coordonnateur

 

Cl. LARRY M. NORDINE  

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire