LE PROBLEME N’EST PAS DE DECRETER UNE JOURNEE ...

Vendredi 12 mai 2017 : 11H49

LE PROBLEME N’EST PAS DE DECRETER UNE JOURNEE COMMEMORATIVE EN LA MEMOIRE DES VICTIMES DES CONFLITS EN RCA, MAIS DE LEUR RENDRE JUSTICE EN LES REHABILITANT DANS LEURS DROITS

 

Le 11 mai 2016, il est instauré une « Journée Commémorative en la Mémoire des Victimes des Conflits en RCA ». Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, mais, toutefois, à quoi va servir une telle journée pour la cause réelle des victimes ? Et surtout pour améliorer leurs conditions de vie précaires et difficiles ? Ces deux interrogations devraient nous donner matière à réflexion, allant au-delà même de cette deuxième « Journée Commémorative en la Mémoire des Victimes des Conflit en RCA » pour cette année 2017.

Nul n’ignore que jusqu’à ce jour, les groupes armés non conventionnels, continuent en toute impunité, de tuer, d’incendier des maisons et villages entiers, de racketter les civils dans bon nombre de régions de la RCA, sous leur contrôle. Dans un tel contexte d’insécurité morose et dans un tel cas de piètre figure, comment peut-on commémorer une telle journée ? Et dans quel état d’esprit pour les populations en général, et les victimes et leurs ayants-droits en particulier ? Méditons-en ensemble sans aussi perdre de vue le nombre évolutif et impressionnant de nouveaux déplacés internes.

Pour nous, nous disons qu’il faut rendre justice à ces milliers de victimes des conflits en RCA, en les réhabilitant effectivement dans leurs pleins droits. Et c’est ainsi que la réconciliation nationale, la cohésion sociale et le vivre ensemble vont être de mise sur toute l’étendue du territoire national. La justice, avant tout et le reste s’en suivra.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire