LE PERSONNEL ET LES RETRAITES DE L’ETAT,

Mardi 17.10.2017 : 10H28

LE PERSONNEL ET LES RETRAITES DE L’ETAT, AINSI QUE LES OPERATEURS ECONOMIQUES DOIVENT PRENDRE LEUR MAL EN PATIENCE, CAR…

La récente mission du Fonds Monétaire International (FMI) à Bangui en RCA, avait donné sa satisfaction relative aux performances des finances publiques, réalisées en cette année 2017 par les autorités du pays. Avec un taux de croissance de 4%, c’est le meilleur taux de la sous-région CEMAC, a estimé le FMI. C’est dire aussi que les autorités du pays en général, et le ministre des Finances et du Budget en particulier, ont su maîtriser la masse salariale et autres dépenses publiques de l’Etat.

A cet effet, nous disons que c’est pour la première fois en RCA que le gouvernement en partenariat avec le FMI, ait mis en  place officiellement un plan d’apurement progressif (2018-2020) des dettes sociales et commerciales intérieures dont leur montant global est de 163.707.000.000 de FCFA, réparti comme suit : dettes des banques commerciales (24.000.000.000F CFA) ; dettes croisées des fournisseurs privés et des entreprises (9.300.000.000F CFA) ; arriérés des salaires et pensions ( 70.000.000.000F CFA). Et pour garantir la transparence dans le processus d’apurement de toutes ces dettes, le gouvernement a décidé que leurs paiements vont se faire par virement bancaire aux noms de leurs ayants-droits.

Aussi, pour les arriérés des banques commerciales, il y avait eu la conclusion d’un accord entre le gouvernement et les trois (03) banques de la place, qui prévoit un règlement sur une période de huit (08) ans à un taux de 2,95%, à compter de ce mois d’octobre 2017.

Motif pour lequel nous disons que le personnel et les retraités de l’Etat, ainsi que les opérateurs économiques doivent prendre leur mal en patience, car à partir de janvier 2018, ils vont commencer à percevoir leurs dettes sur l’Etat. Donc, il faille être patient et ne pas céder aux manipulations d’où qu’elles viennent et quelque soit leur nature. Car, « la patience est la mère de sûreté ». C’est donc une question de temps.

Le Petit YEKOA

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×