LE DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE : LE CHEMIN A PARCOURIR EST...

Jeudi 13 octobre 2016 : 09h02

LE DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE : LE CHEMIN A PARCOURIR EST ENCORE LONG. IL FAUT AGIR MAINTENANT EN RCA

Marche petevo la jeunesse et les femmesPour récolter le dividende démographique, les pays africains en général et la RCA en particulier, doivent relever plusieurs défis que nous pouvons les énumérer ainsi : accès limité à la santé et à l’éducation ; fécondité élevée ; manque de main d’œuvre qualifiée ; faible niveau d’emploi des jeunes ; inégalités des sexes ; instabilité politique (cas de la RCA) ; bureaucratie ; corruption ; manque d’infrastructures et conséquences néfastes du changement climatique.

Nous pouvons aussi affirmer sans nous tromper que l’Afrique a commencé la transition démographique mais connaît l’une des croissances démographiques les plus élevées au monde. De 1950 à 2010, sa population est passée de deux cent trente-quatre (234) millions à un (1) milliard de personnes et sera de 2,39 milliards en 2050, c’est-à-dire d’ici 34 ans. L’Afrique subsaharienne seule dont la RCA fait partie est passée de 186 millions à 856 millions d’individus, soit une hausse de 670 millions d’êtres humains, dans la même période, et atteindra 1,7 milliards en 2050. La prévalence contraceptive est de 26 % contre 60 % en moyenne dans le monde.

En outre, la population africaine est la plus jeune du monde, avec 345 millions de jeunes de 10 à 24 ans (2013) dont 297 millions en Afrique subsaharienne. Deux (2) Africains sur  cinq (5) ont moins de 15 ans. En RCA, c’est encore plus.

Entre 2000 et 2050, la population active de l’Afrique va tripler, passant de 442 millions à 1,4 milliards de personnes ; les besoins en création d’emplois vont donc exploser ou connaître un boom. Or, c’est seulement seize (16) millions d’emplois qui ont été créés pour les jeunes de 15 à 24 ans entre 2000 à 2008. En Centrafrique, s’agissant de création d’emplois pour les jeunes, c’est Dieu seul qui le sait. Et selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT), en moyenne 12, 3 % des jeunes étaient en chômage en Afrique subsaharienne sur la période 2001 – 2012 mais 77,4 % des actifs occupent des emplois dits « vulnérables ». Huit (8) des dix (10) pays au monde ayant les taux de scolarisation au Primaire (CI au CM 2) les plus faibles dans la période 2009-2011 sont en Afrique de l’Ouest et du Centre (source Banque Mondiale). Les taux d’achèvement du Primaire sont de 6,3 % pour les filles et de 71 % pour les garçons.

Au regard de ce tableau sombre, le gouvernement de la République Centrafricaine doit s’investir pleinement dans l’éducation, la santé et adopter une politique de réduction de la fécondité, d’inégalités de sexe, de bureaucratie, de corruption, d’accès limité à la santé et à l’éducation. La bonne gouvernance doit être appliquée aussi. C’est seulement en respectant  ces règles élémentaires que la RCA récoltera le dividende démographique (suite au prochain numéro).

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire