LE DESARMEMENT DES GROUPES ARMES,

Mardi 14 mars 2017 : 10H20

LE DESARMEMENT DES GROUPES ARMES, LA RESTAURATION DE L’AUTORITE DE L’ETAT, LE REDEPLOIEMENT DES FDS : VŒUX DES CENTRAFRICAINS

 

Si à Bangui la capitale, les déplacés de certains sites ont regagné leur domicile respectif ou ont élu domicile chez certains parents, à la faveur du retour progressif de la paix, ceux qui se sont entassés dans les sites des fortunes dans l’arrière-pays, conditionnent leur retour. Il s’agit notamment des déplacés internes de Bria qui se trouvent a trois kilomètres de la ville.

Dans ce site, on y trouve des femmes, des enfants, des personnes de troisième âge, des hommes, qui ont fui les affrontements intercommunautaires très meurtriers qui ont opposé la coalition menée par le FPRC et l’UPC dans les villes de Bakala, Ippy et les villages environnants. Ils vivent dans des conditions précaires. Certains n’ont même pas de natte pour se poser la tête. D’autres dorment à la belle étoile. Trouver de quoi à mettre sous les dents est devenu un serpent de mer difficile à avaler. En outre, l’acharnement des combattants du FPRC et de l’UPC sur eux, était tellement plus fort que les rescapés, les fugitifs ont décidé unanimement de lancer un appel au gouvernement pour le désarmement des groupes armés, la restauration de l’autorité de l’Etat dans les villes de nos provinces et le redéploiement des Forces de Défense et de Sécurité (FDS).

Le désarmement des groupes armés non conventionnels comme le FPRC, l’UPC, le RPRC, les 3R et les Anti-Balaka version Mokom est urgent et capital. Car sans ce désarmement, rien ne peut se faire. Ces groupes précités continuent de donner du fil à retordre à leurs compatriotes dans les préfectures de la Haute-Kotto, de la Basse-Kotto, de la Ouaka, de l’Ouham-Péndé et de la Nana-Gribizi. Les habitants de ces préfectures soufflent le chaud et le froid, à telle enseigne qu’ils vont même dire que le gouvernement les a abandonnés à leur triste sort. C’est grave ! En principe, un peuple doit être protégé et cette mission incombe à nos FDS. Malheureusement, le fameux embargo des Nations Unies sur les armes à destination de la RCA, empêche de facto, les Forces Armées Centrafricaines de protéger leurs concitoyens. En l’absence des FDS, cette tâche revient de droit aux Casques Bleus de la Minusca dans la résolution 2127 votée à l’unanimité par les 15 membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU. Force est malheureusement de constater que les jours passent et se ressemblent. Aucun rebelle n’est désarmé. Où allons-nous ? Sans le désarmement de ces criminels, quel sera l’avenir de la RCA ? Et les 06 milliards débloqués par la Banque Mondiale pour la reconstruction des régions du Centre et de l’Est, seront-ils utilisés comme il se doit ?

Un autre vœu exprimé par le peuple centrafricain est la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national. A notre humble connaissance, cette restauration permettra aux fonctionnaires et agents de l’Etat de regagner leur poste respectif. En plus, celle-ci aidera les compatriotes qui ont perdu leurs documents administratifs à les reconstituer. Vous conviendrez avec nous  aujourd’hui que les enfants qui naissent dans les zones occupées par les rebelles, n’ont pas d’acte de naissance. Quand ils atteindront l’âge scolaire, comment seront-ils inscrits à l’école par leurs parents ? N’est-ce pas un danger qui guette l’avenir de nos enfants ? De surcroît, si la restauration de l’administration était effective, la caisse de l’Etat sera renflouée. Mais tel n’est pas le cas. Ouf, c’est malheureux et grave pour l’avenir du pays !

Le 3ème vœu des Centrafricains concerne le redéploiement des Forces de Défense et de Sécurité dans l’arrière-pays pour les protéger contre les exactions des groupes armés. Ce vœu cher aux Centrafricains est loin de voir le bout du tunnel à l’allure où va la formation des éléments des FACA par la Mission Européenne de Training (EUTM). Vient greffer à cette situation, l’embargo imposé par l’ONU à la RCA. C’est vraiment triste ! La recommandation du Forum National de Bangui (FNB) à ce sujet n’est plus d’actualité. Elle demeura dans les tiroirs autant qu’elle prendra, pendant que les criminels abattent les Centrafricains sans aucune forme de procès. Ah ! Peuple centrafricains, quand ton armée sera opérationnelle et redéployée sur l’ensemble du territoire ? Allons-nous être toujours massacrés inlassablement par les combattants non conventionnels sans bénéficier de la protection de nos FDS ? Autant de questions qui nous  laissent perplexes.

De grâce, nous exhortons nos dirigeants et les responsables onusiens à tout mettre en œuvre pour désarmer les combattants récalcitrants au programme Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR). Le redéploiement de nos FDS et la restauration de l’autorité de l’Etat dans les villes de nos provinces doivent immédiatement s’en suivre. En agissant ainsi, la paix tant recherchée par les Centrafricains reviendra d’elle-même. Ces vœux exprimés par les Centrafricains depuis plusieurs années doivent absolument être pris en  compte.

 

      Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×