LE DDRR, UN PROCESSUS TRES COMPLEXE NECESSITE...

Vendredi 23.06.2017 : 09H50

LE DDRR, UN PROCESSUS TRES COMPLEXE NECESSITE D’ENORMES MOYENS FINANCIERS : CAS DU RWANDA, DE L’ANGOLA, DE LA RD-CONGO ET DE LA COTE-D’IVOIRE

 

« Qui va doucement, va sûrement », dit un adage populaire. Et nous voulons ici faire allusion au processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) des groupes armés, enclenché en RCA, après son retour à l’ordre Constitutionnel, le 30 mars 2016.

  A cet effet, il ne faut pas perdre de vue que le DDRR est un processus très complexe qui a besoin d’énormes moyens financiers pour sa finalisation. Les cas du Rwanda, de l’Angola, de la RD-Congo, de la Côte-d’Ivoire… sont plus révélateurs à ce titre, et devraient nous servir d’exemples. Bien que ce processus DDR soit déclenché fort longtemps dans lesdits pays, et bien avant celui de notre pays, la RCA, beaucoup de choses restent encore à faire, pour qu’il soit finalisé définitivement. Un tel processus suit petit à petit son chemin afin d’atteindre sa destination finale. Car, on ne peut tout faire d’un seul coup et en un laps record de temps. Etant donné que le processus DDRR est très sensible et délicat pour le retour de la sécurité et de la paix en RCA. A ce titre, il faut du temps et d’énormes moyens financiers pour le finaliser. D’où sa complexité. Il faille donc suivre étape par étape tout le processus du DDRR, en commençant par mettre en œuvre les activités du pré-DDRR pour aboutir à celles du DDRR proprement dites. C’est donc un véritable parcours combattant, mais avec courage, patience et objectivité afin de voir le bout de son tunnel. Et c’est ce que devraient comprendre les groupes armés en particulier, et le peuple centrafricain en général.

 

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire