LE COMITE CONSULTATIF ET DE SUIVI DU DDRR A TENU SA 1ERE REUNION

Jeudi 13 Octobre 2016 : 08h06

LE COMITE CONSULTATIF ET DE SUIVI DU DDRR A TENU SA PREMIERE REUNION CE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 A BANGUI

 Dsc 0000127Devant le président de la République, des corps constitués de l’Etat, des diplomates accrédités en RCA, des représentants des organismes internationaux et de la Minusca, s’est déroulée dans la salle du cinéma de la présidence aux environs de 10 heures, la cérémonie d’ouverture de la première réunion du Comité Consultatif et de Suivi du Programme National de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (CCSPNDDRR). Cinq (5) discours ont été prononcés pour la circonstance.

Selon le conseiller chargé du DDRR à la présidence que nous citons : « La présence de toutes les personnalités à cette cérémonie, est un signal fort pour la délicatesse et la pertinence du travail confié au CCSPN de DDRR. Cette stratégie du Comité Consultatif et de Suivi du DDRR a été élaborée grâce aux observateurs nationaux avec le concours de la communauté internationale. Le DDRR d’aujourd’hui prend en compte les effets du DDRR passé.  L’objectif central du DDRR aujourd’hui est de restaurer l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire à travers les grandes lignes stratégiques nationales basées sur le désarmement effectif des groupes armés, la réintégration … ». Le représentant des milices Anti-Balaka, Patrice Edouard Ngaïssona a, quant à lui, signifié que : « Le pays a connu un retour à la légalité constitutionnelle qui peine encore à retrouver la stabilité malgré les soutiens de la communauté internationale. La table ronde de Bruxelles est la solution de relèvement du pays. A cet effet, les groupes armés doivent adhérer au processus DDRR pour contribuer à la stabilisation du pays dans un contexte de crise postélectorale. Depuis Brazzaville, puis le Forum National de Bangui, avec la signature de cessation des hostilités, les Anti-Balaka, ont opté pour la paix. La présence des mercenaires étrangers qui avaient pris en otage le peuple centrafricain, en pillant ses richesses, était à l’origine du mouvement « Anti-Balaka ». Le DDRR aujourd’hui est un combat pour la paix et la cohésion sociale, impliquant tous les filles et fils du pays. Les groupes armés doivent être pleinement inclus dans l’ensemble du programme DDRR qui doit être transparent et inclusif. Les Nations Unies doivent faire preuve de la stricte application des résolutions du conseil de sécurité de l’ONU. Les partenaires internationaux doivent appuyer le programme DDRR à travers des financements », a-t-il conclu. Avis partagé par Moussa Dhafane, le représentant du mouvement de l’ex-coalition Séléka, divisée aujourd’hui en plusieurs branches. Selon Moussa Dhafane, le responsable du mouvement « Séléka rénovée », une des branches de l’ex-coalition Séléka , « je prends la parole au nom de tous les mouvements des ex-Séléka divisées qui optent pour la paix à travers le programme DDRR. Aujourd’hui, c’est le rendez-vous du donner et du recevoir centré sur la paix. Ce sont les intérêts des hommes politiques qui bloquent le processus de la paix en RCA. Les Centrafricains ont décidé de tourner la page sombre de leur histoire à travers les élections. Je condamne toutes les tentatives de déstabilisation pour renouer la violence par des tueries horribles à la SEGA et du Commandant Marcel Mombéka au Km 5, dans le but de relancer les hostilités intercommunautaires pour embraser le pays. C’est un groupe de personnes qui veulent embraser le pays. Le programme DDRR doit prendre en compte toutes les revendications des groupes armés. La société civile doit se mettre au travail pour rétablir la confiance entre la population, démolir les mûrs de la division et du clivage, sources de haine et de la discrimination. La communauté internationale doit doubler de solidarité en soutenant le gouvernement et financer le DDRR … ». Le chef de l’Etat, le professeur Faustin-Archange Touadéra, en prenant la parole, a demandé à l’assemblée de se mettre debout pour observer une (1) minute de silence en mémoire de toutes les victimes de la crise en RCA. Il a ensuite tenu son discours qui a bouclé la cérémonie d’ouverture de cette 1ère réunion. Voici son propos que nous avons recueillis : « J’ai le grand plaisir de procéder aujourd’hui au lancement officiel du programme DDRR pour la paix, la stabilité, la cohésion sociale et la réconciliation nationale. Le DDRR, le dialogue, la réconciliation nationale, sont les seules voies pour ramener la sécurité et la paix. C’est pourquoi, dès mon investiture, j’ai rencontré les leaders des groupes armés pour discuter des procédures du DDRR que je qualifie de dernière chance. Le DDRR est un vaste chantier qui nécessite beaucoup de moyens. D’où la création du Comité Consultatif et de Suivi. Ce comité doit jouer pleinement son rôle. Au niveau national, j’ai parlé de ce vaste chantier afin de permettre le retour à la stabilité pour la relance de l’économie  et de la croissance. Un changement de comportement à travers le pardon et la tolérance permet d’aboutir  à la paix véritable. Les groupes politico-militaires doivent adhérer franchement au processus DDRR. Je lance un vibrant appel aux groupes armés récalcitrants d’intégrer le DDRR, pour qu’ensemble, on fasse la paix. Mes remerciements vont à l’endroit de la communauté internationale pour tous ces soutiens envers le peuple centrafricain. Plein succès aux travaux du Comité Consultatif et de Suivi du Programme National de DDRR ».

Notons que le but de cette première rencontre est de contribuer de manière efficace à recréer la confiance avec les responsables des groupes armés, en vue de créer les conditions d’un consensus autour des principes qui vont déboucher sur la mise en exécution du PNDDRR, des prochaines étapes et du fonctionnement des structures mises en place. Une photo de famille, suivi d’un cocktail a bouclé cette cérémonie d’ouverture vers 12 heures.                                                                                         Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×