Le collectif des petites et moyennes entreprises de la RCA ..

Lundi 12 .06. 2017 : 10H24

Le collectif des petites et moyennes entreprises de la RCA face A son destin :  « comment faire pour absorber les financeMENTs extErieurs »

Tel est l’objet d’une grande réunion d’information tenue par le bureau du Collectif des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) de la RCA, à l’intention des entrepreneurs et opérateurs économiques, membres dudit CPME, dans la salle de conférence de la Chambre de Commerce à Bangui, le jeudi 08 juin 2017.

En ouvrant cette réunion d’information, le président du CPME, Jean Lebrun, a signifié, « il est question de vous restituer les conclusions des travaux de l’atelier organisé conjointement par le ministère de Commerce, représentants de la Banque Mondiale, de la BEAC, de l’AFD, aux membres du bureau du CPME de la RCA, la semaine passée. Et surtout pour l’accès des entrepreneurs et opérateurs économiques de la place, aux financements extérieurs dans le cadre du projet de consolidation de la paix et du relèvement de la RCA. A cet effet, la Banque Mondiale avait octroyé 500 milliards de FCFA depuis 2013 pour refinancer l’économie de la RCA. Ces fonds qui sont logés à la BEAC viennent d’être décaissés aux banques de la place, au profit des entrepreneurs et opérateurs économiques centrafricains, afin de bénéficier des crédits remboursables selon les échéances arrêtées par les banques, de 2017 à 2020. Il nous faut donc ficeler des projets bien banquables pour absorber ces financements extérieurs et relancer les activités de nos entreprises et sociétés. Sur les 1.200 milliards de FCFA promis par les bailleurs de fonds de la RCA à Bruxelles en Belgique, une partie de ces fonds commence déjà à être débloquée à l’Etat centrafricain. Mais les conditions d’accès à ces financements extérieurs sont très dures et la concurrence est très rude, car les banques de la place ont besoin des garanties de notre part. Et si nous ne faisons pas attention en nous regroupant, pour être plus forts, les Camerounais et les Congolais risqueraient de nous rafler tous ces financements extérieurs ».

Intervenant à leur tour, Pierre Abraham Mbokani , notaire de profession et Christian-Ignace Guézoua-Loumanadet, président du groupe Guézoua et du Conseil de Gestion du C.H.U.M.D, leur ont prodigué les conseils entre autres, d’avoir des beaux (sièges), du personnel administratif, des matériels informatiques de travail, de s’acquitter de leurs frais de patente, de consulter les cabinets des notaires et des experts-comptables pour leur monter des statuts et des projets bien banquables pour bénéficier des crédits. Pour ce faire, ils ont intérêt de se regrouper en  sociétés ou en Groupements d’Intérêt Economique (GIE), pour être très forts et crédibles. Mais surtout de revoir à la hausse le montant de leurs cotisations, afin de soutenir financièrement les petites entreprises, au lieu de faire toujours recours aux banques commerciales de la place. Et il va falloir quitter le secteur informel pour entrer dans le secteur formel, qui offre plus des avantages en termes de financements.

Cette réunion d’information de deux (2) heures s’était terminée dans une parfaite ambiance, et après des échanges très fructueux entre les membres du bureau du CPME et les entrepreneurs.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire