LE CHANGEMENT CLIMATIQUE, UN VRAI PROBLEME DE L’HEURE

Jeudi 29 Décembre 2016 : 10h47

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE, UN VRAI PROBLEME DE L’HEURE QUI NECESSITE DES MESURES URGENTES POUR LA SAUVEGARDE DE L’ENVIRONNEMENT CENTRAFRICAIN

 

La République Centrafricaine, à l’instar des autres pays africains, subit un changement sur le plan climatique, impactant négativement sur l’environnement. Un tel changement présente déjà des conséquences graves sur la population dans tous les domaines de la vie. D’où l’obligation pour les autorités du pays et la population de prendre certaines mesures urgentes pour sauver l’espace environnemental et garantir des lendemains meilleurs.

Premièrement, il est du devoir des autorités centrafricaines de veiller sur certaines dispositions de la loi interdisant des pratiques telles : la déforestation, la technique de terre brûlée pendant la saison sèche, l’usage des produits chimiques dans les cours d’eaux pour ne citer que ces quelques exemples. Il faut sensibiliser, conscientiser et éduquer la population sur les dangers des actes qu’ils posent et qui entraînent des conséquences graves non seulement sur l’environnement, mais aussi sur la vie de la population. L’homme vit grâce à un environnement sain. C’est pourquoi, il est capital de protéger tous nos patrimoines. La forêt contribue au développement de l’homme en ce sens qu’elle fournit d’oxygènes qui protègent la nature contre certaines catastrophes naturelles, à l’exemple de la chaleur, de l’ouragan et bien d’autres. Or détruire la forêt, c’est exposé la nature et l’homme à la dégradation de la vie. Et nous osons croire que c’est la raison principale du changement climatique en Afrique et particulièrement en RCA.

Deuxièmement, l’utilisation de certaines machines par les sociétés privées dans les milieux sociaux constitue un réel danger sur l’atmosphère et la population. La fumée et les déchets parfois brûlés polluent l’air et rendent la vie difficile, en développant dans l’avenir des maladies. Or normalement, il faut délimiter un espace géographique à toutes les industries pouvant leur servir d’œuvrer afin de réduire le minimum des risques qui pourraient découler de leurs exploitations. Il est certes bien vrai que c’est l’homme qui transforme la nature. Et les conséquences demeurent ce que nous subissons pour le moment à travers ce changement climatique. Mais rien n’est encore tard. Il suffit que les populations prennent conscience des actes qu’elles posent du jour au lendemain sur l’environnement, occasionnant déjà des conséquences néfastes sur leur avenir. Cessons de brûler la forêt, de couper les arbres en désordre. Il n’y a qu’un changement de mentalité pour un développement durable. L’influence des climats des pays frontaliers avec la RCA est si grande, à telle enseigne que si nous ne faisons pas attention, nous allons nous retrouver un de ces quatre matins à la croisée des chemins. A bon entendeur salut.

 

Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire