LE CHANGEMENT CLIMATIQUE SE DESSINE UN PEU...

Vendredi 05 janvier 2018 : 10H30

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE SE DESSINE UN PEU PARTOUT

 

La saison sèche de cette année parait un peu extraordinaire, voire hors du commun. Débutée en  novembre dernier, cette saison a commencé  par  une chaleur caniculaire qui faisait perdre aux Centrafricains l’augure de pouvoir profiter de la fraicheur comme à l’accoutumée.

Vers la mi-novembre où cette  saison a commencé à se manifester, une chaleur comparable à celle du mois de mars faisait rage provoquant ainsi des plaintes de la population. La pluie ne tombait plus malgré cette chaleur exceptionnelle chaque fin d’après midi vers la mi-décembre. Mais le 26 décembre 2017, la fraicheur a frappé de plein fouet les Centrafricains qui parfois ont de la peine à quitter leur lit le matin.

Depuis cette date, le soleil brille par inclinaison. Laquelle inclinaison retient l’ardeur des rayons solaires, empêchant ainsi le soleil d’être très ardent. La couche d’ozone située entre 20 et 50 kilomètres de la surface de la terre étant devenue plus épaisse,  permet à la population d’être à l’abri des rayons ultraviolets nocifs du soleil.

Or, auparavant, la fraicheur de la saison commençait en novembre mais chose bizarre, cette année la fraicheur a débuté avec un (1) mois de retard en Centrafrique. Ce changement climatique est causé par la forte concentration des gaz à effet de serre, la déforestation et les changements dans l’usage du sol, les charbons noirs…

La cop 23 tenue du 06 au 17 novembre 2017 à Bonn en Allemagne s’est inscrite dans le même ordre d’idée. L’ambition principale des participants est de maintenir la température mondiale en dessous de deux (2) degrés Celsius et de mener des efforts pour limiter l’augmentation à 1,5 degré Celsius. La RCA n’était pas restée en marge de cet évènement.

La Centrafrique, un pays riche en faune et en flore, n’est pas exempte du changement climatique. La déforestation et les feux de brousse ont impacté négativement l’environnement. D’où le département de l’environnent devrait se pencher sur ce phénomène.

 

Félicien NZAPAYEKE MAMADOU

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire