LA SOCIETE CENTRAFRICAINE N’EST...

Mercredi 27.09.2017 : 09H14

LA SOCIETE CENTRAFRICAINE N’EST PLUS QUE L’OMBRE D’ELLE-MEME

Le Centrafrique, ce pays, jadis joyau de paix et de quiétude, est entré aujourd’hui dans les hit-parades des Etats instables, et est devenu, tant sur le plan politique que social, un «Etat voyou». En somme, il est primordial, que les bien-pensants touchent du doigt, les 10 plaies qui tuent à petit feu le Centrafrique.

En effet, braquage par-ci, meurtre par-là, ne présagent rien de bon pour l’avenir du pays. La sécurité est devenue un jeu d’échec avec les grandes puissances, le centrafricain ne sachant où donner de la tête, n’a plus l’amour de sa patrie. Grands et petits se battent pour l’intérêt personnel au détriment du bien commun. Faut-il laisser le pays fondre comme du beurre au soleil ?

Il est évident que le développement de la République centrafricaine passe par le sursaut patriotique de chaque centrafricain et une révolution des esprits de tous les fils et filles du pays pour un avenir commun. Mais tout cela n’est possible que par le travail, rien que le travail. Il faut donc repenser la politique économique, désenclaver la nation centrafricaine tant physiquement que culturellement car, tant que les consciences resteront fermées au progrès, rien ne marchera. Les dirigeants doivent axer leur politique économique sur  l’éducation, l’agriculture, l’entreprenariat et l’innovation qui constituent les quatre domaines indissociables et indispensables à l’essor économique d’un pays comme la RCA.

Certes, il y a encore beaucoup de chemins à faire pour un pays post-conflit, mais à l’exemple du Rwanda, de l’Ethiopie, du Vietnam et de la République populaire de Chine, tant qu’il y a la volonté manifeste, on peut déplacer des montagnes. Le classement de la RCA à la 160 ème position de Doing Business 2017, derrière le Gabon, le Cameroun, le Congo-Brazzaville démontre la faiblesse de notre système éducatif et l’insuffisance de l’investissement et de financement à l’endroit des jeunes porteurs de projets (Start-up). Tous ces ingrédients deviennent explosifs pour notre croissance économique.

Par conséquent, pour remédier à la pauvreté généralisée qui sévit en RCA, il faudrait éliminer les contraintes et barrières infrastructurelles et promouvoir l’entreprenariat pour ainsi réduire le fossé qui sépare le Centrafrique des autres pays de la sous-région. 

    

Sinclair Aries

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire