LA RESOLUTION D’UNE CRISE EN AFRIQUE...

Mardi 11/11/2016 : 11h30

LA RESOLUTION D’UNE CRISE EN AFRIQUE, PASSE TOUJOURS PAR LA FRANCE :

LES CHEFS D’ETATS AFRICAINS N’ONT-ILS PAS LA CAPACITE ?

 

Partout en Afrique, la France est toujours en première ligne dans la résolution du conflit. Aujourd’hui les militaires français sont présents en Centrafrique, notre pays, au Mali, en Lybie et nous en passons. Tout se passe comme si les autres pays occidentaux qui ont colonisé l’Afrique n’existent que de nom à l’heure actuelle, ou n’ont pas de soldats aguerris pour intervenir dans un conflit en Afrique. Et pourtant le Portugal, la Belgique, l’Espagne, l’Angleterre, pour ne citer que ces pays, ont activement participé à la colonisation de l’Afrique, tout comme la France. Mais force est de constater que ces pays n’interviennent pratiquement pas militairement pour tenter de mettre fin aux différents conflits qui ensanglantent l’Afrique. Chaque jour, on nous dit que la France est intervenue dans tel ou tel conflit qui a surgi quelque part en Afrique.

Mais pourquoi toujours la France ? Les chefs d’Etats africains n’ont-ils pas la capacité de résoudre leurs différends ? A quoi sert l’Union Africaine ? Faut-il absolument faire recours à la France ? Autant de questions qui dépassent l’entendement humain. Et pourtant, certains présidents africains ont  fait plus de vingt (20) ou trente (30) ans au pouvoir. Et nous avons pensé pour notre part qu’ils sont mûrs, tellement mûrs pour aider les autres, surtout ceux dans leurs pays sont en crise, à y mettre fin. Mais plus de cinquante (50) ans après l’indépendance, aucune initiative n’est prise à cet effet.

L’Union Africaine (U A) vogue au gré du vent. A chaque crise en Afrique, on fait toujours appel à la France. Et pourtant certains pays africains sont  militairement forts. Nous citons entre autres l’Afrique du Sud, l’Egypte, la Lybie au temps de Mouammar Khadafi, et récemment le Tchad, le Soudan du Nord et tant d’autres. Ces pays précités sont capables d’intervenir pour étouffer dans l’œil les différentes rebellions qui germent en Afrique. Mais hélas, tel ne semble pas être le cas. Notre pays la RCA, est déchiré depuis plus de trois (3) ans par une crise larvée, engendrée par la coalition Séléka. Certains pays africains ont déployé leurs soldats en Centrafrique. Au lieu que ces derniers se comportent comme de vrais soldats africains, ils se sont encore déguisés en bourreaux de leurs frères africains, c’est-à-dire les Centrafricains. Mêmes certains contingents africains de la Minusca sont encore devenus des complices, et par leur truchement, favorisent le grignotement du territoire centrafricain par leur pays respectif. Ce ne sont pas les populations de la Nana-Mambéré, de l’Ouham, de l’Ouham-Péndé et consorts qui nous démentiront. Et ce n’est un secret pour personne.

A vrai dire, ce sont les Africains eux-mêmes qui tuent leur continent. Si les Chefs d’Etats parlent le même langage, adoptent une position commune face à une crise qui est survenue dans un pays africain, nous osons croire que les rebellions, les coups d’Etat ne pourront plus se perpétuer en Afrique. Mais, chacun ne voit que son intérêt et non l’intérêt du peuple africain. Quand les criminels, les hors-la-loi, les va-t-en-guerre, tuent, violent, massacrent, font des carnages, incendient des maisons, cette situation alarmante, déplorable, ne leur fait ni chaud, ni froid. Ils se cramponnent toujours derrière leur pouvoir. Venir en aide à leurs compatriotes africains, n’est pas leur affaire. Il faut toujours faire appel aux puissances occidentales, dont la France, pendant que leurs administrés broient du noir. Les chefs d’Etats européens réfléchissent-ils mieux que ceux de l’Afrique qui ne peuvent pas concevoir un plan de sortie d’une crise honorable ? Faut-il toujours recourir à ceux-là ?

Non, non et non. Essayons dès à présent de mettre en place un mécanisme de résolution d’une crise en Afrique et de mettre sur pied un bataillon africain d’intervention rapide pour palier à toutes éventualités. Ce faisant, les présidents africains ne tendront pas constamment la main à ces puissances occidentales pour venir éteindre le feu qui brûle leur pays. C’est l’incompétence et la non clairvoyance de nos dirigeants qui nous ont amenés à ce stade : recourir inéluctablement à la France et autres pays occidentaux pour un petit problème, c’est vraiment dommage pour l’Afrique, son peuple et ses dirigeants.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×