LA RENTREE DES CLASSES CONCERNE...

Jeudi 14.09.2017: 08H55

LA RENTREE DES CLASSES CONCERNE AUSSI

BANGASSOU, ALINDAO, ZEMIO, BRIA …

 

La rentrée scolaire en RCA se pointe à l’horizon, avec une période de vacances qui a bien profité aux élèves. A Bangui, certains établissements privés ont fixé leur rentrée des classes à la mi-septembre, voire début octobre. Les écoles d’Etat, quant à elles attendent le feu vert du département de l’éducation pour reprendre les cours.

A Bangui, on espère reprendre les cours quand le ministère de l’éducation se sera prononcé sur la date de la rentrée scolaire. Et qu’en est-il de l’arrière-pays, surtout dans les zones touchées par les combats meurtriers où les groupes armés se regardent en chiens de faïence ? Bria, Alindao, Bangassou, Zémio…, la situation est catastrophique.

 A Zémio, selon une source concordante, la plupart d’habitants se sont enfuis vers Bangassou à cause des violents combats de ces derniers temps. La ville est presque inhabitable. L’assassinat de l’ancien prêtre Louis Toungagnessi a engendré la peur chez les habitants. La paroisse Saint Louis de Zémio a été vandalisée, plus rien n’y reste pour être appelée paroisse.

Le feu Louis Tongagnessi enseignait la philosophie au Lycée de Zémio. Déjà les enseignants sont assassinés, à plus forte raison les élèves. N’auront-ils pas peur de rependre les cours ? Dans cette ville, l’école n’est pas à l’ordre  du jour mais plutôt l’insécurité qui y prévaut.

La rentrée s’avance à grand pas alors que  les rebelles du FPRC s’entretuent encore à Bria. L’éducation devrait-elle être enterrée ? Le Mbomou et le Haut-Mbomou sont pris entre le marteau et l’enclume. Les Nations Unies et le gouvernement central devront conjuguer leurs efforts pour restaurer l’éducation en République centrafricaine.

L’avenir des enfants est menacé du moment où ils sont exposés à l’enrôlement forcé des groupes armés. Certains, à cause des combats, sont dans la brousse. L’éducation est la clé du développement. Parler de la rentrée scolaire fait allusion à toutes les inspections académiques de la RCA. Le pays ne se résume pas seulement à la ville de Bangui. Il faut sauver l’avenir des enfants centrafricains.

Félicien NZAPAYEKE MAMADOU

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×