LA QUESTION DE LA RESTAURATION DE L’ETAT EN RCA PASSE PAR 3 VOIES

Mercredi 14/12/2016 : 11H42

 

LA QUESTION DE LA RESTAURATION DE L’ETAT EN RCA PASSE PAR TROIS (3) VOIES

 

            Depuis le coup d’Etat de la nébuleuse coalition Séléka, le 24 mars 2013 jusqu’à ce jour, l’autorité de l’Etat ne s’exerce pas sur une bonne partie du territoire national. Car les groupes armés non conventionnels y règnent en maître absolu des lieux, faisant le chaud et le froid. Et surtout les Forces Armées Centrafricaines (FACA) ne sont pas encore réhabilitées pour être effectivement déployées sur le territoire national. Et ce, dans le but de protéger les populations civiles et de défendre l’intégrité du territoire. Que dire aussi de la sanction d’embargo interdisant l’importation d’armes de guerre, des munitions et autres effets militaires à destination de la RCA, prise par le Comité de sanction du Conseil de Sécurité des Nations Unies ? Face à ce défi de la restauration de l’autorité de l’Etat à travers tout le pays, les nouvelles autorités ont l’obligation de passer par trois (3) principales voies, à savoir le DDRR des combattants des groupes armés ; la refondation des FACA ; et la lutte sans merci contre l’impunité.

Le DDRR

Le DDRR des combattants des groupes armés actuel ne doit souffrir d’aucune entrave, ni d’entorse et du côté des autorités du pays, et du côté des leaders des groupes ou mouvements militaro-politiques. Tous doivent œuvrer pour la réussite de ce processus DDRR, car il y va du destin et de l’avenir de nous tous. La RCA est notre seule patrie. Donc, le DDRR est à la fois, le point de départ de la sécurisation, de la pacification du pays, mais également de la restauration de l’autorité de l’Etat et de la relance des activités économiques.

La Refondation des FACA

Les FACA sont à rebâtir à partir de zéro. Car la déconfiture est à son comble en leur sein, qu’on est tenté de dire que la RCA ne dispose pas d’une véritable armée nationale. De vastes campagnes de conscientisation, d’éducation, de sensibilisation de nos FACA sur leurs missions régaliennes traditionnelles, s’imposent pour les remettre au top niveau et au même diapason que les autres armées nationales des pays de la CEEAC. Car l’armée est une émanation du peuple. De ce fait, elle doit être au service du peuple, rien qu’au service du peuple.

La lutte contre l’impunité

La visibilité limitée des institutions judiciaires de l’Etat en dehors de Bangui, la capitale, a obstrué la capacité des victimes à porter plainte contre les auteurs présumés des crimes et autres exactions de tout genre. C’est dans ce contexte alarmant que le Forum National de Bangui (FNB), a élaboré des recommandations fortes relatives à la mise en place de la Cour Pénale Spéciale (CPS) et de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), sans oublier la création de la Commission Nationale des Droits de l’Homme. Tout cela, pour renforcer davantage la lutte contre l’impunité et restaurer l’autorité de l’Etat en RCA.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×