LA PROBLEMATIQUE DE LA RESTRUCTURATION DES ENTREPRISES

Mardi 15 novembre 2016 : 11h22

LA PROBLEMATIQUE DE LA RESTRUCTURATION DES ENTREPRISES ET SOCIETES PUBLIQUES ET PARAPUBLIQUES EN CESSATION D’ACTIVITES

 

 

Depuis un certain temps, l’humanité dans son évolution, a traversé de nombreux problèmes débouchant sur différentes crises socio-politico-économiques. La RCA n’a pas été épargnée par ces crises à travers des évènements militaro-politiques ayant comme conséquences, la perte de milliers de vies humaines ; la fermeture de plusieurs entreprises et sociétés publiques et parapubliques ; la perte d’emplois entraînant la mise en chômage de milliers d’employés sans rémunération, ni dédommagement, laissant tout de même un peuple dans la souffrance et la misère.

Le phénomène de la dévaluation du franc cfa du 12 janvier 1994, décidé par les autorités monétaires de Breton-Wood, précisément la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, n’a fait qu’accentuer et aggraver le sort de la population, de l’économie si fragilisée, presque inexistante sur le marché mondial, pendant quelques décennies.

En effet, la restructuration de ces entreprises et sociétés est une opération qui a pour but la réorganisation de leurs structures financières et patrimoniales, en situation difficile à travers la privation, la fusion et la réhabilitation des secteurs productifs rentables, pouvant promouvoir et redynamiser les bases d’une économie en déconfiture totale et les rendre prospères, diversifiées et compétitives tant au niveau sous-régional, régional, qu’international. Un processus complexe qui exige à la fois les compétences administratives en matière de gestion publique, des capacités juridiques, financières, approfondies et une expertise en management public et privé.

L’objectif étant d’élaborer un plan de sauvetage et de restructuration des entreprises et sociétés publiques et parapubliques aux fins de mener des négociations avec les bailleurs de fonds internationaux dans le but de pallier aux graves manquements et carences des projets d’intérêt général, nécessaires à un développement socio-économique soutenu et durable permettant de répondre aux besoins de l’humanité et d’en assurer le bien-être de la population à l’ère de la globalisation.

Malheureusement, en RCA, les régimes se succèdent et passent au pouvoir, mais se ressemblent dans leur gestion des affaires publiques. D’où les « mêmes faits produisent les mêmes conséquences ». Et ce, à cause des nominations sur des critères subjectifs (liens familiaux et parentaux, affinités politiques, amicales, religieuses…) et non sur des critères objectifs (compétence, intégrité…) des Directeurs Généraux et Présidents des Conseils d’Administration des entreprises et sociétés publiques et parapubliques en RCA. Conséquences immédiates, nous citons entre autres, le pilotage à vue ; le manque de visibilité dans la gestion financière et comptable … ayant de facto conduit bon nombre de ces entreprises et sociétés publiques et parapubliques à la banqueroute, à la faillite. Incroyable, mais pourtant vrai.

Un autre aspect non négligeable, c’est l’esprit des destructions, d’actes de vandalisme … des édifices publics que privés confondus, par les Centrafricains, qui avait pris naissance en 1979 avec l’« Opération Barracuda », ayant entrainé le renversement du régime de l’Empereur Bokassa 1er, paix à son âme, et ramené une seconde fois, feu président Dacko au pouvoir. A cette époque, les Centrafricains ( banguissois ) avaient inventé un slogan magique « Grâce à Dacko », pour se livrer à cœur joyeux, aux pillages et aux destructions systématiques des biens publics et privés. Le cas de l’UCATEX est très patent et regrettable. C’est pour autant dire que « le mal centrafricain, c’est le Centrafricain lui-même ». Alors pourquoi pleurer aujourd’hui, pour manque d’emplois et autres débouchés dans le pays ? Réfléchissons-en ensemble.                              Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×