LA MINUSCA FUSTIGE LA PRESSE, MAIS A DEJA PACTISE AVEC LE DIABLE

Mercredi 26 Octobre 2016 : 09h13

LA MINUSCA FUSTIGE LA PRESSE, MAIS A DEJA PACTISE AVEC LE DIABLE

Minusca rd congo 2Il ne se passe pas une semaine, sans que la Minusca par le biais de son porte-parole, Vladmir Monteiro et son Directeur de la communication, Hervé Verhoosel ne fustigent la presse écrite centrafricaine. Tantôt qualifiée d’ordurière, tantôt décrite comme « n’ayant pas le niveau d’écriture requis », tantôt qualifiée d’une « presse aux abois financièrement », et qui sans les parutions de la Minusca dans ses pages, aurait déjà disparu, et qu’il n’y aurait plus de presse écrite en RCA. Mais un constat s’impose : comment vivait la presse écrite centrafricaine avant l’arrivée tonitruante des ballets UN de la Minusca ? Il y a toujours eu historiquement une presse écrite en RCA, qui de surcroît, a été plurielle et l’est toujours, avec plusieurs sensibilités, plusieurs lignes éditoriales, une liberté de ton qui est à saluer. Si les journalistes centrafricains ont le malheur d’écrire que la Minusca est incompétente, complice des Séléka, protège l’assassin du Commandant Mombéka, assassin dont elle connaît pertinemment la position, mais qu’elle se refuse d’aller arrêter, on ne sait pourquoi.

Directement, la Minusca déplore que la presse écrite centrafricaine est agressive, démagogue, partiale, azimutée par des clichés et autres poncifs sur la force onusienne. Or, force est de constater que sur le terrain, les faits sont accablants pour la Minusca, et pour cause, la Minusca vient d’interdire l’entrée des gendarmes centrafricains à Kaga-Bandoro, pour quelle raison ? La Minusca ne fournit aucune raison, et c’est bien là le problème. Pourquoi la Minusca refuse-t-elle de coopérer avec les Forces de Défense de Sécurité (FDS) ? La ficèle est grosse et le stratagème maladroit. La Minusca entend protéger les milices Séléka, et n’a pas intérêt à voir la RCA se stabiliser. Car le véritable enjeu pour la Minusca, c’est de laisser perdurer l’insécurité (pourtant déjà chronique) de la RCA, de dissuader les investisseurs potentiels (qui permettraient ou à tout le moins contribueraient au décollage de la RCA) en continuant à bénéficier des gros salaires (12 millions de F CFA par mois pour les cadres de la Minusca, et jusqu’à 30 millions de FCFA par mois pour le Représentant Spécial du Secrétaire général en RCA, Onanaga-Anyanga). Dites-nous, qui peut renoncer à un tel salaire en laissant la RCA accéder à la paix, et la laisser se stabiliser définitivement ? Pas les gens de la Minusca en tout cas.

Aussi, tout le personnel estampillé UN, grassement payé, n’a au demeurant aucun intérêt à œuvrer pour la paix en RCA, à sauver les populations centrafricaines des mains de leurs bourreaux, et à laisser prospérer le mal en terre centrafricaine pour qu’y règne encore le chaos et la désolation, seuls ferments qui alimentent la Minusca.

Une chose est sûre, la Minusca a sauvé la vie au FDS envoyées au Kaga-Bandoro, pour ne pas dire à l’abattoir. Nos FDS n’ont pas la logistique nécessaire pour faire face à quoi que ce soit. n’eut été l’opposition de la Minusca, le ministre Jean-Serge Bokassa ne dirait pas ce qu’il est entrain de dire aujourd’hui face aux parents des victimes.

Jonas DEMBA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×