L’IGNORANCE, LA FOURBERIE, L’HYPOCRISIE DES HOMMES POLITIQUES,

Vendredi 10 mars 2017 : 10H02

L’IGNORANCE, LA FOURBERIE, L’HYPOCRISIE DES HOMMES POLITIQUES, DES INTELLECTUELS CENTRAFRICAINS FONT QUE LA CRISE PERDURE

 

Quoi qu’on dise, les Centrafricains sont et demeurent comme ils sont nés. Ils n’ont aucune notion de développement, de partenariat, d’innovation, de création d’entreprises, et nous en passons. Qui nous a créés et mis sur cette terre ? N’est-ce pas Dieu Tout-Puissant ? Ceux qui font des efforts, qui développent leur pays, qui cherchent des voies et moyens pour sortir leur pays de l’ornière, n’ont-ils pas le même cerveau que nous ? Ne réfléchissent-ils pas comme nous ? C’est autant dire que l’ignorance, l’hypocrisie, la fourberie qui sont ancrées en nous, nous empêchent de sortir notre cher et beau pays, la RCA de la crise qui perdure.

L’ignorance

D’après le dictionnaire de français, Le Robert, l’ignorance, c’est le manque d’instruction, de savoir, de culture général. Et c’est justement ce qui se passe au pays du feu président fondateur Barthélemy Boganda. Nous manquons cruellement d’instruction de savoir, de culture générale. Pour ceux qui se disent intellectuels, hommes politiques, n’en parlons pas. Des docteurs en ceci, des docteurs en cela mais ils se font rouler dans la boue par l’ONU et les groupes armés. Au lieu d’utiliser leur savoir pour convaincre ces gens-là, ils ne tournent qu’autour du pot. Dans cette condition, comment l’embargo imposé par l’ONU à travers son Comité de Sanction, sur les armes à destination de la RCA, puisse être levé ? Comment les groupes armés peuvent déposer les armes du moment où ces hommes qui sont nantis de diplômes, qui se disent des hommes politiques, des intellectuels n’arrivent pas à mettre en marche leur niveau d’instruction, de savoir, de culture générale pour convaincre ces derniers ?

« Nul n’est censé ignorer la loi », dit-on. Mais en RCA, on ignore tout. Les gens meurent, les maisons sont incendiées, les édifices publics et privés sont vandalisés, cela ne fait pas douche froide. Des voies et moyens ne sont pas mis en place pour éradiquer ces phénomènes. On entend souvent des Centrafricains dire, « ce n’est pas notre affaire, c’est l’affaire du gouvernement ». Quand leur maison est détruite, ils ne peuvent ignorer ce qui leur est arrivé. Mais lorsqu’il s’agit de la recherche de l’intérêt général, de la paix, on ignore. Quel genre d’hommes avons-nous en Centrafrique ? C’est bien dommage !

L’hypocrisie

L’hypocrisie, c’est le fait de déguiser son caractère, d’exprimer des opinions ou sentiments qu’on n’a pas. Observez ce que font les Centrafricains et vous conviendrez avec nous que ces hommes sont vraiment des hypocrites. Un gouvernement comme celui de Sarandji, sous la très haute impulsion du président de la République, Faustin Archange Touadéra qui n’a pas son armée, peut-on lui demander d’aller combattre les rebelles ? Nest-ce pas là des opinions contraires, des sentiments non fondés ? Nous savons tout de même que ces rebelles ont mal agi à l’égard de leurs semblables. Mais comme il est dit, « tout se paie ici bas », ils finiront par  payer le mal qu’ils ont fait à leurs compatriotes. Pousser les uns contre les autres pour attiser encore la flamme de la violence, est vraiment contraire. C’est ce qui nous pousse à dire que les Centrafricains sont des hypocrites.

La fourberie

Ne sommes-nous pas des fourbes ? Il ne fait aucun doute. Car, un homme fourbe, est celui qui trompe ou agit mal en se cachant. Et les Centrafricains, toutes catégories confondues, sont experts dans la tromperie, c’est-à-dire la fourberie. Aujourd’hui, ils vous disent ceci, demain, ils changent de discours, de propos. Quand ils n’occupent pas une haute fonction dans l’administration centrafricaine, leur parole est semblable au goût du miel. Une fois accédés à la Présidence, à l’Assemblée Nationale, à la Primature, ils ont la langue de vipère. Ils agissent mal en se cachant derrière les doigts de la main. Tromper les gens, manipuler ceux qui les ont hissés à ce poste, sont devenus leur mode opératoire. Les anciens personnalités politiques qui agissaient de la sorte ne se comptent pas en RCA. Elles sont comme les sables au bord du fleuve Oubangui pendant la saison sèche.

A la lumière de ce tableau sombre dressé ci-dessus, nous pouvons valablement affirmer que les Centrafricains sont des ignorants, des fourbes, des hypocrites, surtout ceux qui se disent des intellectuels, des hommes politiques. Pendant que le feu consume le pays, ils sont toujours prêts à faire appel aux voisins pour venir l’éteindre. Est-ce faisable sous d’autres cieux ? Et si la crise perdure aujourd’hui, qui allons-nous accuser ?

De grâce, formons une « Union Sacrée » pour résoudre la crise qui est loin de voir le bout du tunnel. Disons tous, « plus jamais çà », car nous avons perdu beaucoup de bras valides. Abandonnons nos vieilles pratiques et habitudes. Engageons le dialogue avec les groupes armés pour mettre un terme à cette crise. Tournons le dos à l’ignorance, à l’hypocrisie et à la fourberie pour sortir notre pays tombé plus bas que terre.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire