L’Editorial de Julien BELA : ORRUPTION ET DETOURNEMENTS

Lundi 28.08.2017 : 10H45

L’Editorial de Julien BELA

 

CORRUPTION ET DETOURNEMENTS, LES PIRES DES CRIMES

Impunité zéro, dans la conception actuelle, ne semble concernée que les groupes armés, laissant dans l’ombre, les plus pires des crimes qui sont d’ordre économique : la corruption et les détournements des deniers publics. Il n’y a rien de plus ruineux dans un pays que la corruption et les détournements. Ce sont les deux mamelles de l’enfer de la RCA. L’administration et l’économie nationale sont plombées depuis plus de 30 ans, car la corruption et les détournements ont atteint un record inégalable. Les ministres qui se succèdent dans les différents gouvernements, se soucient très peu du développement du pays. Leur priorité des priorités, c’est l’enrichissement personnel et en un  temps record, ce sont des dizaines, des centaines de millions qui s’envolent de la caisse de l’Etat, de la caisse des projets de construction des routes, des ouvrages d’arts, de l’énergie.

Faut-il évoquer les scandales devenus une seconde nature des hauts responsables centrafricains. Le cas des diamants saisis à Douala est éloquent. Aucune réaction n’a filtré du gouvernement Sarandji à ce propos. Les réseaux mafieux foisonnent dans les zones minières, au vu et au su du ministère de tutelle: Libanais, Mauritaniens, Sénégalais, Maliens, Italiens, Suisses, Français, presque toutes les nationalités de la planète viennent s’enrichir en RCA. Un pays de cinq millions d’habitants pour 99,99% de taux de chômage de jeunes. Un pays qui baigne dans la misère absolue, dans la pauvreté ordurière. Il faut tout attendre de l’extérieur. Et pourtant, la RCA dispose de toutes les ressources nécessaires pour devenir un pays émergent. La corruption et les détournements font perdre à l’Etat des ressources énormes. Il faut une rigueur dans la gouvernance du genre Thomas Sankara, soit Paul Kagamé et ce pays peut s’en sortir.

Le président centrafricain qui fera de la lutte contre la corruption, son cheval de bataille, sera le chouchou de la jeunesse et l’homme du peuple. Une lutte implacable, sans état d’âme, sans sentiments, sans merci, ce serait un très grand pas vers la résolution de toutes les crises, les sentiments d’injustice, la résorption du chômage des jeunes et l’éradication de la misère et de la pauvreté qui collent à la peau des Centrafricains. La RCA peut se développer sans l’aide extérieure. Il faut des dirigeants patriotes, intègres et honnêtes, qui marchent avec le bâton. Un groupuscule s’enrichit éternellement au détriment de la majorité, est-ce normal ? L’impunité zéro doit être sans faille quant à la corruption, aux détournements des deniers publics et aux scandales miniers. Ce sera le gouvernement ami de la presse. Les vrais crimes sont d’ordre économique. C’est un cancer qui ronge la RCA depuis 30 ans. Pourquoi le Burkina-Faso se dit pays des hommes intègres ? Pourquoi le Rwanda a connu un développement fulgurant au point d’être le meilleur élève des partenaires au développement ? Thomas Sankara et Paul Kagamé ont imprimé une marche exemplaire à leurs compatriotes. Les biens de l’Etat sont les biens de tous et non d’un groupuscule véreux, incompétent, irresponsable, criminel qui prive le pays des ressources nécessaires à son développement. Et le gouvernement Sanradji ne fait aucunement exception dans ce tableau sinistre et macabre du pays. Touadéra doit se réveiller pour sonner la fin de la récréation. 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire