L’Editorial de Julien BELA : MOBILISATION G.

Vendredi 04.08.2017 : 09H59

L’Editorial de Julien BELA 

MOBILISATION  GENERALE AUTOUR DE LA CPS  

La Cour Pénale Spéciale (CPS) est la matérialisation de la volonté populaire. Elle existe. Elle doit fonctionner. Elle doit assécher les larmes des victimes. La Justice est un facteur primordial de la régulation de la société. Un Etat démocratique, un Etat de droit, est fondé sur la primauté du DROIT. Et la RCA s’est inscrite, depuis le 30 décembre 2015, avec les échéances électorales dans cette logique. Chaque député doit mettre la main à la pâte,  éveiller la conscience à la manifestation de la justice. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, le peuple centrafricain doit être debout comme un seul bloc, un seul homme, derrière le bouclier de la justice.  Touadéra n’est qu’un exécutant des vœux du peuple. Le Forum National de Bangui a été organisé sous la transition. Le peuple centrafricain s’est exprimé en toute souveraineté et en toute indépendance. Si la classe politique comme d’habitude est démissionnaire devant la patrie en danger, il ne peut en être de même pour la société civile, déterminée à soutenir la CPS jusqu’au bout. Pourquoi ce silence si lourd ? Pendant que la société civile dort sur ses lauriers, les dictateurs partisans de l’impunité, de l’amnistie ne dorment pas. C’est une croisade en diagonal que mènent les dictateurs africains pour torpiller la CPS. L’heure est grave. La société civile doit imprimer la marque du droit. Pour cela, elle doit être en état d’alerte maximal, pour parer à toute éventualité. Faire comprendre à ses fossoyeurs africains du droit que la justice (CPS) est l’œuvre du peuple centrafricain et non l’affaire de Touadéra et prendre à témoin l’opinion nationale et internationale. Les Centrafricains doivent montrer à la face du monde qu’ils sont pour la justice. Ce n’est pas une vue de l’esprit, ni une mise en scène, mais leur conviction profonde. Il est donc inutile d’exercer une pression sur le président Touadéra. C’est ce peuple qui l’a élu à la magistrature suprême du pays. Il doit rendre compte à ce peuple en 2021. Il sert son peuple. Sauf, les dictateurs décident comme bon leur semble à la place du peuple. Le Forum National de Bangui a eu le mérite de recueillir tous les vœux des Centrafricains sur le territoire national. Bangui et les 16 préfectures doivent soutenir leurs attentes légitimes : la justice et rien que la justice, car nul n’est au-dessus de la loi.   Julien BELA       

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire