L’ASRP DANS UNE ZONE DE TURBULENCE

Jeudi 13.07.2017 : 10H22

L’ASRP DANS UNE ZONE DE TURBULENCE POUR UN SEUL INDIVIDU : ET LA RUPTURE ?

Dg asrp 3La rupture comme socle de la gouvernance Touadéra, est allègrement foulée au pied par certains gros cadres, au nom des liens de parenté, de copinage. Le décret numéro 08/011 du 13 février 2008, portant organisation du cadre institutionnel et juridique applicable aux Entreprises et Offices publics, dispose en son article 26 : « Le personnel des entreprises publiques n’a pas la qualité d’agent public et est régi par le code du travail et le statut de l’entreprise concernée (…). Toutefois, l’Etat pourra, à la demande du Conseil d’Administration détacher des fonctionnaires et agents de l’Etat aux postes uniquement de Directeur général et d’Administrateur… ».

Il se trouve que monsieur Ndokobanda, Directeur de l’Administration et du personnel est un personnel de l’Etat. Ce qui constitue une violation flagrante du décret cité ci-haut. Le syndicat de base de l’ASRP, constatant cette violation du décret N° 08/011, a saisi le Tribunal Administratif en date du 05 juillet 2015. Cette action en justice a été motivée par la volonté de préserver la légalité des textes régissant le fonctionnement des entreprises et offices publics. Un arrêté du ministre de l’Energie, des Mines et de l’Hydraulique, N° 014/2016, portant nomination ou confirmation des cadres et agents aux différents postes de responsabilité à l’ASRP, il se trouve qu’un fonctionnaire de l’Etat, en la personne de Gervais Ndokobanda, a été nommé au poste de Directeur. Cette anomalie est vigoureusement contestée par le syndicat de base de l’ASRP.

Dans sa correspondance au premier ministre en date du 06 juillet 2017, le syndicat de base de l’ASRP n’a pas manqué de relever l’ «incompétence et l’amateurisme dans le traitement des dossiers du personnel, la rétention et la disparition des dossiers importants ». Malgré cette évidence évidente, le ministère de tutelle veut faire appel de la décision du Tribunal Administratif afin d’imposer un individu qui fait l’objet d’une nomination illégale au regard de la loi. La rupture prônée par le chef de l’Etat n’a pas encore pris la couleur locale au ministère des mines. A cause d’un seul individu, l’ASRP manque de quiétude et entre dans une zone de turbulence. Et pourtant, nul n’est au-dessus de la loi. Le jugement dans l’affaire syndicat de base de l’ASRP contre le ministère des Mines, de l’Energie et de l’Hydraulique a eu lieu le 07 juillet 2017.

Dans bien des cas de ce genre, il y a de grosses mains noires qui veulent par tous les moyens imposer leurs « fistons » à ce poste pour les besoins de la cause. Certains hauts responsables centrafricains n’ont pas compris et ne veulent comprendre le concept de rupture. Les vieilles pratiques demeurent tenaces dans les us et coutumes de l’Administration. A ce titre, les postes juteux sont convoités pour placer ses poulains. Comment comprendre qu’un grand ministre comme celui de l’Energie, des Mines et de l’Hydraulique, puisse se permettre le luxe de faire appel d’une décision de justice qui corrige les propres erreurs dudit ministère ? Il y a anguille sous roche et le ministre de tutelle doit faire preuve de vigilance pour arrêter ce genre de pratiques qui n’honorent personne, encore moins de hauts cadres du pays.

Entre-t-on dans la fonction publique pour compter sur des copains, des parents, des connaissances afin de vous imposer à des postes juteux ? Faut-il encore avoir les compétences nécessaires pour s’assumer. Qui est mieux placé que le syndicat de l’ASRP pour veiller sur la conformité des textes régissant l’ASRP ? Faut-il tordre le cou à la loi et comment le pays va-t-il évoluer ?

Les Centrafricains doivent changer de mentalité pour ne préserver que la compétence, l’intégrité. La RCA meurt à petit feu à cause de ce genre de pratiques. Certaines personnes malintentionnées parviennent toujours à tromper les ministres, en glissant ces peaux de bananes qui mettent en ébullition toute l’entreprise. Et l’ASRP en souffre pour rien.

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire