JOUR « J-1 » POUR LE DEFILE :

Jeudi 30.11.2017 : 10H02

JOUR « J-1 » POUR LE DEFILE : MOBILISONS-NOUS POUR LA PAIX, LA COHESION

SOCIALE ET LA RECONCILIATION NATIONALE

La République Centrafricaine célébrera ce vendredi la fête nationale du 1er décembre. C’est la date à laquelle l’ancienne colonie française (Oubangui-Chari) était proclamée République Centrafricaine en 1958 par le père fondateur, feu Barthelemy Boganda. Pour cette année 2017, la fête nationale du 1er décembre sera célébrée dans un contexte où le pays peine encore à sortir d’une longue crise militaro-politique caractérisée par des violences intercommunautaires, malgré le retour à l’ordre constitutionnel depuis bientôt deux ans.

La capitale centrafricaine Bangui, vibrera ce vendredi 1er décembre 2017 au rythme d’un grand défilé qui réunira toutes les communautés et confessions religieuses. La population centrafricaine du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest  prouvera aussi devant l’opinion nationale et internationale ce vendredi 1er décembre qu’il n’ya qu’un seul peuple et une seule nation. Et nous osons croire que tout le monde va se mobiliser pour la cohésion sociale, le vivre ensemble, la réconciliation nationale, la sécurité et la paix.

La rédaction de Centrafric Matin était témoin oculaire de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale qui règnent  au sein des différentes communautés qui ont pris part aux séances d’entraînements de défilé. Seulement, ce sont des cultures d’intoxications à travers des rumeurs folles d’une probable attaque qui circulent au sein de la population. Après les événements qui ont eu lieu à la cave Carrefour de la paix à Bangui, les Banguissois ont trouvé prétexte à travers des rumeurs folles pour semer la peur et la panique au sein de la population.

« Les musulmans se préparent à attaquer des civils le jour du défilé ». Tantôt, « certaines personnes se préparent à jeter des grenades dans les bars-dancings, les caves et les kermesses ». Tout cela pour semer la peur parmi  la population afin d’empêcher les Centrafricains de manifester leur joie le jour de la célébration de cette fête nationale. Les Centrafricains aiment-ils réellement leur propre pays ?

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, durant son séjour en République Centrafricaine a affirmé, « ce sont les Centrafricains qui doivent premièrement chercher  à sortir leur pays de cette crise ». Les Centrafricains peuvent-ils réellement sauver leur pays si ce sont eux-mêmes qui versent de l’huile sur le feu ? Bangassou, Kémbé, Rafaï, Zangba, Zémio, Alindao, Mobaye, Bria, Kaga-Bandoro, Batangafo, et la liste est non exhaustive, la main invisible de certaines autorités centrafricaines ne sont pas toujours loin derrière les massacres et les exactions des groupes armés.

Comment voulez-vous que la paix revienne dans tout le pays à cause de ces manipulations ? Les Centrafricains crient à la paix et la sécurité, alors que les groupes armés ont pour soutien ces mêmes Centrafricains qui réclament la paix. Peut-on demander à la fois une chose et son contraire ? Il est temps que le peuple centrafricain bannisse définitivement de son esprit ces manœuvres sataniques de manipulation, de la haine, de la rancœur, de la division et de la destruction de son propre pays.

La crise que nous traversons est purement politique. Les questions de la religion et des communautés n’engagent que ceux qui y croient. Nous sommes tous des Centrafricains et nous resterons toujours des Centrafricains. La RCA est et demeure toujours « une et indivisible », comme l’a souligné le père fondateur Barthelemy Boganda. Pourquoi continuer de nous entretuer ?

Bonne fête du 1er décembre à tous les Centrafricaines et Centrafricains dans la joie du Seigneur pour que la paix et la sécurité reviennent définitivement sur toute l’étendue du territoire national.

 

Bénistant MBALLA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire