JOLIVIA,UNE PROSTITUEE, SAISIT SON PARTENAIRE A CAUSE DE L’ARGENT

Lundi 20 Fév. 2017 : 10H19

JOLIVIA , UNE PROSTITUEE, SAISIT SON PARTENAIRE A CAUSE DE L’ARGENT

 

 

Le phénomène de la prostitution, après cette accalmie à Bangui, a repris de plus bel. Au quartier Fatima, derrière le lycée, quelques jeunes filles dont d’autres sont déjà enceintes, ont élu domicile dans une maison où elles l’ont transformée en une auberge. Dans les autres arrondissements de Bangui et dans les communes de Bimbo et Bégoua, ces pratiques sont aussi courantes. Même dans les villes de nos provinces, les filles et les femmes se lancent dans la prostitution pour soi-disant subvenir à leurs besoins. Mais cette pratique a ses avantages et inconvénients que nous savons tous. Point n’est besoin de revenir là-dessus. L’un des inconvénients est que, parfois l’homme ne paie pas le service offert par la femme, c’est-à-dire son sexe. Après le rapport sexuel, le partenaire disparait laissant la prostituée à son triste sort. C’est ce qui est arrivé à Jolivia, mais cette dernière ne s’est pas laissée rouler dans la boue par son partenaire.

En effet, Jolivia est une prostituée qui habite le quartier Pétévo, dans le 6eme Arrondissement de la ville de Bangui. Avec les autres filles qui sont pleines dans la prostitution (fait de livrer son corps aux plaisirs sexuels d’autrui pour de l’argent), elles ont loué une maison où elles s’y entassent comme des sujets congolais du RDC en République Centrafricaine. Chaque fois que l’une d’elles amène son partenaire, les autres lui cèdent la chambre. Après avoir satisfait son homme, ce dernier lui donne de l’argent et s’en va. Et celle qui est prête avec son partenaire remplace l’autre immédiatement, et ainsi de suite. D’après les dires des unes et des autres, une fille ou une femme peut faire l’amour avec cinq (5) ou six (6) partenaires pendant la journée. La nuit, elles la pratiquent moins parce qu’elles sont nombreuses dans le lit. D’autres vont parfois passer la nuit chez quelqu’un d’autre et reviennent au petit matin.

Dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 février 2017, Jolivia est tombée sur un homme qui, malheureusement, n’a pas d’argent sur lui, mais voulait satisfaire son désir sexuel. Les deux sont rentrés dans la maison. Le jeune homme que nous ignorons son prénom, s’est copieusement servi de Jolivia. Après 30 minutes de rapport sexuel, il s’est levé, a porté son vêtement et sa paire de chaussure. Il est sorti de la maison, suivi de Jolivia de plus près. Une fois dehors, il a voulu prendre ses jambes au cou. Dans la seconde qui suit, celle-ci l’a saisi. Le pagne qui cachait son « petit habit » (slip), s’est détaché et tombé par terre. Elle s’en foutait de ce pagne et s’est contentée seulement de réclamer son dû à son partenaire en ces termes, « donnes-moi mon argent avant de partir. J’ai nettoyé normalement mon sexe avant que tu fasses l’amour avec moi. D’autres sont passés avant toi, m’ont donné de l’argent, ce qui m’a permis d’acheter du savon afin de nettoyer mon sexe que tu as savouré. Tu dois en faire autant car d’autres viendront encore. Ne sais-tu pas que c’est payant et non gratuit ? Tant que tu ne me donnes pas mon argent aujourd’hui, je ne te laisserai pas partir ». Et les autres prostituées qui étaient présentes, se sont saisies de ce jeune homme qui ne savait quoi faire.

Ayant entendu ce vacarme qui fait rire, des gens ont accouru de partout pour assister au dénouement de la situation. Jolivia, malgré qu’elle est à moitié nue, n’a pas lâché son partenaire pour nouer son pagne autour de ses hanches, n’écoutait personne et continuait à vociférer sur ce jeune, sans honte, sans s’inquiéter de rien. Parfois elle disait, « tu ne sais pas que c’est ça qui me nourrit ? C’est mon commerce ». Quelques jeunes filles et garçons qui passaient, se sont mis à se moquer de ce malheureux qui est tombé entre les mains de ces prostituées. « Tu n’as pas honte ? Tu sais très bien que ces filles prostituées ne cherchent que de l’argent et n’hésitent pas à salir les hommes qui ne leur donnent pas de l’argent après le rapport sexuel », disaient-ils. D’autres garçons ont soutenu ce jeune en affirmant, « c’est Jolivia qui a accepté de faire l’amour avec ce garçon. Il ne l’a pas forcée du tout ». Mais elle a répliqué automatiquement, « je lui ai bien dit que c’est payant. Un coup équivaut à 1000 FCFA. Donc, il doit me donner ce montant avant de rentrer chez lui, sinon, il ne bougera pas d’ici ».

Heureusement pour ce garçon, un papa passait par là pour rentrer chez lui car une petite ruelle serpente devant la maison de ces prostituées. S’étant enquis de la situation, il a fait sortir un billet neuf de 1000FCFA et l’a remis à Jolivia. Etant en possession de l’argent, cette dernière a relâché son partenaire. Tête basse, ce jeune homme est parti sous les cris des badauds qui étaient venus massivement assister à l’évènement. Ils l’ont hué jusqu’à la grand-route.

Alors, nous pensons pour notre part que ce jeune et bien d’autres qui aiment faire l’amour avec les prostituées sont déjà avertis par ce qu’a fait Jolivia. Avant de s’hasarder dans cette voie, il faut se munir de l’argent car ces prostituées font du commerce de sexe. Les prostituées de leur côté doivent aussi savoir que cette pratique ne rime pas avec les lois divines contenues dans la Bible car le corps humain est le temple de Dieu. Mieux vaut épouser un seul homme que de pratiquer la prostitution qui appauvrit le corps et dont les conséquences sont nombreuses : risque de contracter le VIH/SIDA et les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST), sans oublier les grossesses non désirées.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire