HYPOTHETIQUE RENTREE DES CLASSES 2017-2018 DANS UNE BONNE..

Lundi 04 Sept .2017 : 11H38

HYPOTHETIQUE RENTREE DES CLASSES 2017-2018 DANS UNE BONNE

PARTIE DU TERRITOIRE NATIONAL

Alors que nous nous approchons à grands pas de la date de rentrée des classes 2017-2018, fixée d’habitude le 15 Septembre de chaque année pour les établissements publics du Fondamental 1 et 2, il y a certes, de quoi à s’interroger sur l’effectivité de cette rentrée des classes sur toute l’étendue du territoire national. A ce sujet, il y a de forts indicateurs qui ne  trompent pas, et qui mériteraient d’être pris au sérieux par les autorités en charge de l’Education Nationale et ses partenaires intervenant dans ledit secteur. Et ce, pour prendre préalablement toutes les mesures qui s’imposent et qui prévalent sur le terrain. Dans le cas contraire, la rentrée des classes 2017-2018 va être hypothéquée, sur une bonne partie du territoire national.

Parmi ces indicateurs, nous citons entre autres, l’insécurité galopante due à la présence permanente des groupes armés dans l’arrière-pays ; l’absence des fonctionnaires et agents de l’Etat, plus particulièrement les enseignants du Fondamental 1 et 2 dans les zones sous hautes tensions des groupes armés ; les pillages et les occupations illicites des établissements scolaires et secondaires par ces mêmes groupes armés dans l’arrière-pays. Que dire aussi du nombre impressionnant des déplacés internes et des refugiés ? A vrai dire, la situation sécuritaire et humanitaire en RCA se détériore de plus en plus.

Deux (2) exemples édifiants sont là pour conforter notre article sur cet aspect précis des choses. Le premier est que pour l’année académique 2016-2017, il n’y avait pas eu l’organisation des examens de passage, de concours d’entrée en 6ème, du Certificat d’Etude du Fondamental 1 (CEF1), du Brevet des Collèges (BC) et du Baccalauréat au niveau de l’Inspection Académique du Sud-est (IASE) et dans la préfecture de la Haute-Kotto, précisément à Bria, jusqu’à ce jour. Le deuxième est qu’il y a, selon des informations fiables émanant de Kaga-Bandoro , en notre possession, « qu’un (1) seul candidat admis au Bac 2017 dans cette ville ». Est-ce possible ? A vous de deviner le reste.

D’où nous disons qu’il est impossible d’aller à l’école et d’étudier comme il se doit, lorsque les armes de toutes les marques circulent partout et crépitent à tout moment.

O Centrafrique ! Pays de tous les paradoxes, à quand tes filles et fils vont-ils prendre conscience de ton devenir ?

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire