ES 4 PRINCIPALES CAUSES ENDOGENES QUI RENDENT DIFFICILE LA...

12 ocotbre 2016 : 11h23min

LES 4 PRINCIPALES CAUSES ENDOGENES QUI RENDENT DIFFICILE LA RENTREE DES CLASSES 2016 – 2017 EN RCA

Ecole 6

Depuis la rentrée scolaire 2016 – 2017, le 03 octobre 2016 en RCA, bon nombre d’établissements scolaires du Fondamental 1 et 2 ne sont pas encore fonctionnels et n’ont pas ouvert leurs portes. Donc, cette rentrée des classes n’est pas du tout effective sur l’ensemble du territoire national. Surtout dans les régions qui sont sous le contrôle des groupes armés (Séléka et Anti-Balaka). Mais quelles sont les principales causes qui rendent difficile la rentrée scolaire 2016 – 2017 ? Suivez bien à cet effet, notre perception sur cet aspect précis des choses.

Sans risque de nous tromper, nous avons détecté quatre (4) causes endogènes. Il s’agit entre autres, de l’insécurité ; du déficit des enseignants titulaires ; du jumelage des classes ; et de l’effectif pléthorique des élèves. Ces quatre (4) causes endogènes se suivent les unes après les autres et sont donc indissociables. Pour preuve parmi tant d’autres, dans bon nombre d’établissements scolaires du Fondamental 1, on ne peut y trouver qu’un (1) directeur et deux (2), trois (3), voire quatre (4) enseignants seulement, pour un (1) cycle complet (du CI au CM 2). Est-ce possible ? Dans ce cas de piètre figure, à quelle qualité d’enseignement peut-on s’attendre ? Autant d’interrogations qui dépassent tout entendement humain. C’est le même triste constat qui s’observe dans les collèges et lycées, où un (1) seul professeur titulaire est obligé de dispenser trois (3) à quatre (4) matières, disciplines par classe. Est-il bien formé et outillé pour dispenser toutes ces matières ? La réponse à cette question revient à qui de droit.

A tout cela, il ne faut pas perdre de vue, le problème crucial des enseignants contractuels et des professeurs vacataires, qui exigent du gouvernement, leur intégration immédiate dans la fonction publique. Et que dire aussi des frais très exorbitants, excessifs de transport pour regagner les postes de leur affection, dans les régions les plus reculées et éloignées de Bangui, la capitale ? Voilà tant de causes qui plombent tout le système éducatif centrafricain, depuis plus de trois (3) décennies, de fonctionner comme il se doit et d’être au même diapason en matière d’éducation et de formations dans la sous-région CEMAC. Pauvre avenir des écoles en RCA, après cinquante-six (56) ans d’indépendance !

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire