ENERCA, UNE SOCIETE D’ETAT A SOUTENIR POUR SON REEL DEVELOP...

Jeudi 22/12/2016 : 10H18

ENERCA, UNE SOCIETE D’ETAT A SOUTENIR POUR SON REEL DEVELOPPEMENT

Photo bendima 1

Enerca, entendez Energie Centrafricaine, cette société d’Etat doit se développer, s’étendre dans toute la République Centrafricaine pour répondre aux besoins des Centrafricains dans le domaine énergétique. Pour que l’épanouissement de cette société se concrétise réellement sur le terrain, il faut la soutenir dans tous les domaines : financier, matériel, moral.

Le soutien incombe en premier lieu à l’Etat centrafricain. Car nous observons depuis plusieurs années, voire des décennies, que tous les régimes qui se sont succédés en RCA, ont considéré l’ENERCA comme leur grenier. Du président de la République au Premier ministre, en passant par les ministres et autres, tous y viennent pour piocher de l’argent. Un Directeur Administratif et Financier (DAF) avait perdu à l’époque son poste, simplement parce qu’il avait refusé d’octroyer de l’argent à un président de la République centrafricaine qui n’est plus de ce monde. Le DAF avait été rétrogradé et nommé au poste d’audit. Finalement, il a dû claquer la porte.

Le gouvernement que dirige Simplice Sarandji, sous la très haute impulsion du Président de la République, chef de l’Etat, professeur Faustin-Archange Touadéra, doit déroger à cette règle qui ne permet pas le développement de l’ENERCA, mais plutôt la propulse au fond du gouffre. L’Etat centrafricain doit mobiliser des ressources financières conséquentes pour soutenir les projets de ladite société. Nous pensons que des efforts sont déployés dans ce domaine, mais ils sont insuffisants. Beaucoup reste à faire de la part de l’Etat centrafricain qui est pourtant le 1er actionnaire de l’ENERCA.

Ensuite, nos partenaires au développement, surtout la Chine qui œuvre énormément dans le domaine énergétique en RCA, doit aussi multiplier des efforts pour que l’électricité, produite par l’ENERCA, soit consommée par tous les Centrafricains du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. La paix et la sécurité reviennent doucement mais sûrement en Centrafrique, après la grave crise qui a frappé de plein fouet la RCA. Il s’avère indispensable que le gouvernement actuel, et surtout le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, mène une diplomatie accrue auprès de la République de Chine afin que les experts qui ont démarré la construction de la turbine de Boali 3, fassent leur retour. Ce dossier doit en principe figurer en bonne place dans la feuille de route ou la politique générale du gouvernement en matière énergétique. C’est ça qu’on appelle soutenir une société. Car si le dossier dort quelque part dans un tiroir hermétiquement fermé, l’ENERCA n’avancera pas et ne fera que tourner en rond.

Les Centrafricains ont aussi l’obligation de soutenir l’ENERCA qui est notre patrimoine, en payant leurs factures d’électricité et en protégeant les installations de celle-ci. Car il y va de la pérennité et de la survie de l’ENERCA. Ensemble, apportons notre soutien à l’ENERCA pour qu’elle nous produise plus d’électricité dont nous en avons besoin pour nos activités socio-économiques de tous les jours.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire