EN ŒUVRE DU PROGRAMME ECONOMIQUE

Vendredi 20.10.2017

 

EN ŒUVRE DU PROGRAMME ECONOMIQUE ET MONETAIRE DU GOUVERNEMENT

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Félix Moloua et son collègue des Finances et du Budget, Henri-Marie Dondra, infatigables, déterminés à sortir le pays du marasme économique, sont de retour à Bangui. Après plus de dix (10) jours passés à l’extérieur du pays précisément à Paris et à Washington où ils ont eu des discussions avec les institutions de Bretton Woods, notamment le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale (BM), ces deux (2) chefs des départements ministériels se sont confiés ce mardi 17 octobre 2017, aux environs de 16 heures 30 minutes, à la presse nationale sur le tarmac de l’aéroport international Bangui-Mpoko.

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, avant de donner la parole à son collègue des Finances et du Budget, a fait un aperçu général sur les discussions qu’ils ont eu avec les institutions de Bretton Woods. Prenons la parole à son tour, le ministre Henri Marie Dondra a indiqué, « Concernant le Fonds Monétaire International (FMI), vous savez si bien que moi, nous avons entamé vraiment les négociations sur la 3ème revue de la Facilité Elargie de Crédit (FEC) qui s’est déroulée ici à Bangui depuis le 22 septembre 2017. Et donc, nous avons poursuivi ces négociations au niveau de Washington sur la question que vous savez déjà. La seule chose que je peux aujourd’hui dire à la presse, c’est que les échanges ont été très prometteurs. Et donc, nous attendons encore que nos partenaires techniques financiers puissent vraiment se retrouver en ce qui concerne le FMI qui pourra prendre des décisions salvatrices pour notre pays. Avant Washington, il y avait aussi la zone francs au niveau de Paris où nous avons échangé sur les questions économiques de la sous région parce que la sous région en 2016 était en récession avec des taux de croissance négatifs.

S’agissant des dossiers que nous avons amenés, ce qu’il faudrait dire peut-être d’une manière globale, nous avons réussi à boucler les discussions avec le FMI. Maintenant, nous de la partie nationale avons beaucoup fait ce que nous devons faire. La balle est dans notre camp. Il faut se dire que parmi tous les pays de la CEMAC, nous sommes quand même en avance. C’est le seul pays où les dossiers pourraient passer probablement au Conseil d’Administration du FMI avant la fin de l’année. Il faut le souligner. Ceci a été soulevé un peu partout. Donc, la RCA aujourd’hui est sur la bonne voie. Nous avons atteint la 3ème revue. D’autres pays de la sous région n’ont même pas signé un seul programme avec le FMI. C’est quelque chose qu’il faut arriver à saluer. Nous allons revenir sur ces questions le moment venu ».

Quant au ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Félix Moloua, il a signifié, « Il faudrait quand même se dire qu’on a eu plusieurs activités tant du côté du FMI que de la Banque Mondiale où on a eu des échanges sur la RCA. On a passé en revue tous les projets. Nous avons parlé de l’appui budgétaire, de différents projets. J’ai pu signer un accord de convention de 45.000.000 de dollars pour le projet de collectivité.

J’ai rencontré l’administrateur qui viendra probablement à Bangui avec une autorité de la Banque Mondiale qui s’occupe du secteur privé. Nous avons eu aussi des échanges avec l’administrateur de la Banque Africaine de Développement (BAD) et on attend l’arrivée prochaine du président de la BAD.

Donc, avec le ministre des Finances, on était aussi partagé à un panel des autres ministres d’autres continents. J’ai parlé de la RCA pour partager l’expérience que nous avons vécue dans le cadre du RCPCA qui a beaucoup retenu l’attention des participants et les a intéressé ».

Dans les propos des deux (2) ministres, on pouvait retenir, « les échanges ont été très prometteurs », « nous avons réussi à boucler les discussions avec le FMI… et la RCA est aujourd’hui sur la bonne voie », « la RCA est le pays où son dossier pourrait probablement passer au Conseil d’Administration du FMI avant la fin d’année », « J’ai pu signer un accord de convention de 45.000.000 de dollars pour le projet de collectivité ». Voilà des propos qui prouvent à suffisance que ces ministres font des pieds et des mains pour la mise en œuvre du programme économique et monétaire du gouvernement pour sortir la RCA du marasme économique. Il est certes vrai que c’est la situation sécuritaire alarmante qui préoccupe les Centrafricains à l’heure actuelle. Mais il faut aussi penser à l’économie et aux finances car sans argent, le pays ne peut pas tourner. Et c’est justement pour ça que le gouvernement se bat à travers les ministères de l’Economie et des Finances pour améliorer les conditions de vie des Centrafricains.

Nous souhaitons bon vent aux efforts menés par les ministres de l’Economie  et des Finances, Félix Moloua et Henri Marie Dondra pour leur bravoure et leur détermination dans les discussions avec les institutions de Bretton Woods pour le relèvement économique de la RCA.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×