DESARMER LES GROUPES ARMES OU REHABILITER ...

Lundi 06.11.2017 : 10h30

DESARMER LES GROUPES ARMES OU REHABILITER LES FACA : QUELLE PRIORITE POUR LE GOUVERNEMENT CENTRAFRICAIN ?

Le processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) et la réhabilitation des Forces Armées Centrafricaines  (FACA) sont les chevaux de bataille pour le gouvernement centrafricain. A l’heure actuelle où le conflit a pris de l’ampleur, tant le DDRR et la réhabilitation des FACA s’avèrent très importants pour un retour à la paix.  Quoique les phases préliminaires du processus DDRR aient accouché d’une souris, le désarmement des groupes rebelles ne reste encore qu’une idée. La réhabilitation et le redéploiement des FACA à travers le pays sont toujours attendus avec impatience par le peuple centrafricain. 

Plus l’on met du temps à agir, plus le calvaire de la population va crescendo. Les rebelles ont toujours les armes entre les mains, l’armée nationale n’est pas opérationnelle, l’Etat n’a plus la prérogative de puissance publique. Le comble, c’est le chaos total qui règne. Faille-il désarmer les rebelles en premier et réhabiliter les FACA ensuite ? Faille-il les entamer simultanément ? Le DDRR et la réhabilitation des FACA sont deux processus indissociables. Certains groupes rebelles, quoique théoriquement se sont alignés derrière le processus DDRR, mais ne manifestent pas une réelle volonté de déposer les armes pour redevenir des citoyens ordinaires. Alors, comment se laisseront-ils désarmer volontiers ? Le DDRR demande un esprit de patriotisme. Tous ceux qui se sentent citoyens centrafricains déposeront sûrement les armes, mais les ennemis de la nation pourraient s’obstiner à l’idée du DDRR.

Pour les groupes rebelles obstinés, l’Etat devrait faire usage de sa souveraineté interne, car rien n’est est au dessus de l’Etat. L’Etat passera au DDRR avant de réhabiliter et redéployer les FACA. Est-ce une solution pour éviter un bain de sang ? Si les groupes armés, à voir de plus près, sont intransigeants, alors l’Etat devrait utiliser n’importe quelle stratégie, si couteuse soit-elle, afin de restaurer son autorité.

Le DDRR est-il de la poudre aux yeux ? Jusqu’à quand commencera-il ? Le peuple centrafricain tombe sous les balles des rebelles mais les mesures de précaution mises en place par la Minusca ne suffisent pas pour arrêter cette hémorragie de sang. Malgré tout, neuf cents (900) Casques bleus sont encore attendus en Centrafrique. L’idéal serait de réhabiliter et redéployer les FACA afin d’opérer avec les Casques bleus. Cela permettra de vite de résoudre le conflit qui ravage la RCA. Comment se fait-il que les connaisseurs du terrain sont mis à la marge alors que les amateurs tâtonnent pour protéger les civils ? Le DDRR est un processus permettant à la RCA de sortir du gouffre. Les FACA ne pourront cohabiter avec les groupes armés. Pour ce faire, le DDRR est capital pour un redéploiement immédiat de l’armée nationale. En combien de temps, le DDRR, la réhabilitation et le redéploiement des FACA peuvent-ils se faire ? Dans quel climat se feront-ils ? Quelle est la priorité de l’Etat ?  La sécurité intérieure est au centre de ces questions, alors désarmer et réhabiliter les FACA, en tout cas, le peuple centrafricain veut du concret. 

 

Félicien NZAPAYEKE MAMADOU

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×